• Couverture La ville, un fantasme du corps social ? Petit exercice d’anthropologie psychanalytique du lien social contemporain
  • 4eme La ville, un fantasme du corps social ? Petit exercice d’anthropologie psychanalytique du lien social contemporain

LA VILLE, UN FANTASME DU CORPS SOCIAL ? PETIT EXERCICE D’ANTHROPOLOGIE PSYCHANALYTIQUE DU LIEN SOCIAL CONTEMPORAIN

revue d'origine de cet article : Cycnos 27

Date de publication : septembre 2011
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Ce texte est né d’un songe, un songe éveillé ou plutôt réveillé, à
l’occasion d’un regard distraitement apposé sur mon écran de télévision. Il y
était alors diffusé le film "Et après" de G. Bourdos1 (2008), qui alterne des
plans sur la ville de New York et des disparitions, des morts soudaines,
accidentelles, aussi brutales dans leur survenue que par l’indifférence d’une
foule qui poursuit son chemin sans s’arrêter. La mort, dans son rappel
effractif incessant, se noie dans la masse citadine afin de s’oublier – se
refouler pourrait-on dire – plus aisément.
Cette dilution de la mort dans l’agitation urbaine me renvoya à la
fantaisie associative d’un corps social non soumis à la limite ou à la
contrainte humaine, quasi physiologique

     
  • ISBN : 978-2-296-55352-1 • septembre 2011 • 14 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat