CES DEUX TIERS DE L'HUMANITÉ QUI BRUTALISENT L'AUTRE...

Olivier Maurel

Date de publication : février 2005

La population mondiale compte 33% d’enfants de moins de 15 ans. Si l’on tient compte du fait que l’enfance dure en fait jusqu’à la majorité et si on fixe celle-ci à dix-huit ans, bien plus d’un tiers de la population mondiale est composé d’enfants.

Or, s’il est un fait dont on ne tient jamais compte parmi les rapports d’oppression, c’est que sur toute la surface de la terre, à l’exception de douze pays, les deux tiers de l’humanité composés d’adultes s’attribuent depuis des millénaires le droit de frapper le tiers restant. D’après les enquêtes les plus sérieuses, 90% des enfants du monde subissent des coups qui vont de la tape et de la gifle à la bastonnade, celle-ci étant le procédé le plus largement employé, et très souvent avec une grande violence.

Cela signifie qu’entre leur naissance et l’âge de dix-huit ans, souvent plus tard encore, tout se passe comme si la quasi totalité de la cohorte des millions d’enfants en marche vers l’âge adulte cheminaient sous une grêle de coups de leurs parents et de leurs maîtres, comme s’ils étaient des animaux ou des esclaves. Quand ils ne la subissent pas, ils ont de bonnes raisons de la craindre car ils la voient subir par leurs frères, leurs sœurs ou leurs camarades les plus proches et ils vivent donc dans la crainte tout au long de leurs années d’enfance.

Et si les parents et les éducateurs frappent ainsi les enfants, ce n’est pas pour leur faire du mal mais pour leur faire du bien! De telle sorte que l’accession à l’âge adulte est, entre autres choses, l’accession à l’âge où, dans la plupart des cas, on est protégé des coups par la loi et où l’on acquiert d’office le droit de frapper la génération montante, “pour son bien”.

De plus, formés de cette manière, les enfants arrivent à leur majorité avec la conviction qu’il est normal de régler les conflits par la violence.

Si nous intégrions ce paramètre à notre vision de l’histoire de l’humanité, nous comprendrions mieux pourquoi les hommes sont capables des pires horreurs, ayant appris sous les coups, dès leur plus jeune âge, qu’il était normal de frapper les êtres les plus faibles et les plus vulnérables.

     
  • février 2005

du même auteur

APERÇU D'UN MONDE SANS VIOLENCE ÉDUCATIVE
Olivier Maurel
APPEL AUX ASSOCIATIONS POUR PROTÉGER LES ENFANTS CONTRE TOUTE VIOLENCE
Appel à signer par les associations et à diffuser
Olivier Maurel, Jacqueline Cornet, Jacques Barbier (Texte relu et corrigé par Catherine Barret)
COMMENT LA COMMUNAUTÉ JUIVE DE BULGARIE FUT SAUVÉE DU GÉNOCIDE
Un exemple d'action non-violente réussie injustement ignoré.
Olivier Maurel
DÉCLARONS LA PAIX AUX ENFANTS
L'éducation sans violence, condition du développement de la non-violence
Olivier Maurel
LETTRE À UN RABBIN SUR LA VIOLENCE ÉDUCATIVE
Olivier Maurel
MON DERNIER LIVRE
Oui, la nature humaine est bonne !
Comment la violence éducative la pervertit depuis des millénaires
Olivier Maurel
NON-VIOLENCE ACTIVE (LA)
Olivier Maurel, Danielle Claquin, Françoise Reynès
POUR UNE RÉINTERPRÉTATION DU PERSONNAGE D'ABRAHAM
Abraham est-il un exemple d'obéissance ou d'objection de conscience?
Olivier Maurel
ROMPRE AVEC LA VIOLENCE ÉDUCATIVE
Olivier Maurel
UN FAIT CURIEUX
(A l'attention des partisans de la non-violence)
Olivier Maurel
UN MYTHE TENACE : LA RAPIDITÉ DE L'ACTION VIOLENTE
Olivier Maurel
UN SI FRAGILE VERNIS D'HUMANITÉ : BANALITÉ DU MAL, BANALITÉ DU BIEN
de Michel Terestchenko
Olivier Maurel
UN VIATIQUE POUR LE TROISIÈME MILLÉNAIRE
L'histoire biblique de Joseph et ses frères
Olivier Maurel
VIOLENCE ÉDUCATIVE (LA)
Olivier Maurel, Danielle Claquin, Françoise Reynès
VIOLENCE ÉDUCATIVE ET COMMUNICATION
Olivier Maurel
VIOLENCE ÉDUCATIVE ET EGLISE CATHOLIQUE
Olivier Maurel, Danielle Claquin, Françoise Reynès.