• Couverture Polygamie au Maghreb
  • 4eme Polygamie au Maghreb

POLYGAMIE AU MAGHREB

Controverses autour d’un droit en mouvement

Abderrahmane Koudjil

revue d'origine de cet article : Confluences Méditerranée 41
MAGHREB, MOYEN ORIENT

SOCIOLOGIE SEXUALITÉ
Date de publication : mars 2002
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

La polygamie est perçue comme un phénomène énigmatique, exclusivement privé, normé par des règles coutumières et des impératifs juridiques et religieux draconiens. La Sunna nous alerte avant tout sur les conséquences liées aux engagements du lien polygame représentant les éléments d’une mission presque impossible qui exige de traiter loyalement et équitablement chacune des épouses. Le droit musulman1 autorise l’homme à épouser un maximum de quatre femmes dans les conditions suivantes : «Et si vous craignez de n’être pas justes envers les orphelins…Epousez deux, trois ou quatre parmi les femmes qui vous plaisent, mais si vous craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors une seule (...) Cela afin de ne pas faire d’injustice» (Coran 4 ; 3). «Vous ne pouvez jamais être équitable entre vos femmes, même si vous êtes soucieux...» (Coran 4; 129). Cette pratique est devenue particulièrement difficile de nos jours, à la fois pour des raisons économiques et culturelles. Mais la perception de cet ensemble normatif ne permet pas de comprendre suffisamment le principe de cette pratique dans sa réalité sociologique. Il ressort clairement de l’étude des sociétés concernées que la polygamie n’est nullement une invention de l’islam. L’islam n’a fait que la restreindre, même s’il ne l’a pas abolie totalement.

     
  • Abderrahmane Koudjil est doctorant en Droit et membre du Réseau Européen Droit & Société, Paris.
  • ISBN : 2-7475-2646-1 • mars 2002 • 12 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoverso