• Couverture L’armée, la nation et l’État en Algérie

L’ARMÉE, LA NATION ET L’ÉTAT EN ALGÉRIE

Lahouari Addi

revue d'origine de cet article : Confluences Méditerranée 29
Algérie

DÉFENSE, ARMÉE, SÉCURITÉ
Date de publication : mars 1999
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Les pays du tiers monde dont l'indépendance a été acquise par la violence présentent des systèmes politiques structurés autour de l'armée. Celle-ci, pour des raisons historiques, se trouve au coeur du procès de construction de l'État, souvent dans des formes institutionnelles dont il faut apprendre à lire les significations cachées. En Algérie, l'armée est présentée dans la Constitution comme une institution de l'État, dépendant de la Présidence de la République. Mais la réalité est plus complexe dans la mesure où la Présidence est en fait l'émanation de l'armée, voire une annexe du ministère de la Défense, animée par des militaires habillés en civil occupant les postes de Secrétaire Général, Directeur de cabinet, etc. La Présidence est l'institution par laquelle l'armée contrôle l'État et trace la ligne à suivre au Gouvernement.

     
  • Lahouari ADDI est professeur de sociologie à l’Institut d’études politiques de Lyon et chercheur au Centre de politologie de Lyon (CERIEP).
  • ISBN : 2-7384-7524-8 • mars 1999 • 8 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : recto