• Couverture Avec Colette Guillaumin : penser les rapports de sexe, race, classe
  • 4eme Avec Colette Guillaumin : penser les rapports de sexe, race, classe

AVEC COLETTE GUILLAUMIN : PENSER LES RAPPORTS DE SEXE, RACE, CLASSE

Les paradoxes de l'analogie

Hourya Bentouhami et Nacira Guénif-Souilamas

revue d'origine de cet article : Cahiers du Genre 63

Date de publication : novembre 2017
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

On doit à Colette Guillaumin (1934-2017) une pensée du rapport étroit entre sexe, race et classe, qui en fait une auteure quasi inédite sur le sujet dans les années 1970 en France, à l'exception notable de la pensée anticoloniale (Césaire, Fanon, Memmi, Thiam). Dans Sexe, race et pratique de pouvoir (2016 [1992] 1 et dans L'idéologie raciste (2002 [1972]), la singularité de la référence à la race, entendue comme un rapport social et une idéologie fondée sur la matérialité de ce rapport, s'exprime dans son approche de la race comme un signe, hors de toute nécessité de formulation explicitement biologique. Ce qui permet le déplacement du marqueur racial, c'est que le marquage des corps n'en passe plus — du moins explicitement — par un réductionnisme organique (la peau ou l'organe génital par exemple, ne disposeraient plus de ce pouvoir explicite de production de la différence).

     
  • ISBN : 978-2-343-13518-2 • novembre 2017 • 15 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat