• Couverture Sécuriser l'existence des femmes et résister
  • 4eme Sécuriser l'existence des femmes et résister

SÉCURISER L'EXISTENCE DES FEMMES ET RÉSISTER

Raisons d'agir des initiateurs et initiatrices d'organisations de l'économie sociale et solidaire

Magalie Saussey et Florence Degavre

Cet article est un extrait du livre suivant :
Une économie solidaire peut-elle être féministe ?


Date de publication : novembre 2015
Version numérique* :
4 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Les femmes ont indéniablement contribué à l'expansion du mouvement pour l'association. En tant qu'initiatrices, salariées ou bénévoles, au sein d'organisations sans but lucratif productrices de biens ou de services, elles y sont d'ailleurs souvent surreprésentées (Tabariés et Tchernonog 2007 ; Braley 2011), y compris dans les fonctions de direction. Néanmoins, étant donné le nombre important d'emplois à temps non complet ou encore les niveaux de revenus relativement faibles (Braley 2011), cette surreprésentation ne se traduit pas en termes d'égalité. Dussuet et Flahault (2012) avancent même l'hypothèse de la nécessité, pour la "soutenabilité du secteur associatif", de ces conditions de travail médiocres. Au sein de ces organisations qui se réclament des idéaux d'émancipation (Cattani 2005), les acteurtrices - et en premier lieu les salariées - se trouveraient finalement piégées par un système de genre œuvrant précisément à travers des pratiques concrètes à rebours de ces idéaux : recrutement discriminant, faiblesse des salaires, non-reconnaissance des qualifications et, surtout, sexuation des tâches.

     
  • ISBN : 978-2-343-07602-7 • novembre 2015 • 8 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat