• Couverture Le port de la hotte en pays dida, une autre piste certaine de recherche origines d'un peuple ancien de Côte d'Ivoire
  • 4eme Le port de la hotte en pays dida, une autre piste certaine de recherche origines d'un peuple ancien de Côte d'Ivoire

LE PORT DE LA HOTTE EN PAYS DIDA, UNE AUTRE PISTE CERTAINE DE RECHERCHE ORIGINES D'UN PEUPLE ANCIEN DE CÔTE D'IVOIRE

Gneto Gbakré Jean Patrice

revue d'origine de cet article : Cahiers de l'IREA 16

Date de publication : février 2018
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Certains symboles fondent la spécificité culturelle d'un peuple. Pour les Dida de Côte d'Ivoire, il s'agit de la maison annulaire à impluvium (Siri-kukubé), du filet de chasse du lignage (Sokoulê) et surtout de la hotte rigide (Gbakô. Ce sont là, les éléments les plus représentatifs, identifiant au mieux ce groupe ethnique. En Côte d'Ivoire, il se trouve que la femme dida est la seule à porter sa charge au dos, dans un panier à cordage, appelé hotte rigide. Cette pratique devient ainsi, le signe distinctif de l'aire culturelle dida. Mais au-delà de la Côte d'Ivoire, ce panier à cordage est aussi porté par les pygmées d'Afrique centrale, l'un des peuples les plus anciens de cette partie de notre continent. Les Dida seraient-ils d'anciens hommes, descendants des pygmées d'Afrique centrale ? Quel lien peut-on établir entre Dida et pygmées d'Afrique centrale?

     
  • ISBN : 978-2-343-14315-6 • février 2018 • 26 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat