• Couverture La spécialisation productive du foncier agricole en Île-de-France : du consensus national au contentieux d'urbanisme
  • 4eme La spécialisation productive du foncier agricole en Île-de-France : du consensus national au contentieux d'urbanisme

LA SPÉCIALISATION PRODUCTIVE DU FONCIER AGRICOLE EN ÎLE-DE-FRANCE : DU CONSENSUS NATIONAL AU CONTENTIEUX D'URBANISME

Ségolène Darly

Des espaces agricoles dans la métropolisation
Date de publication : novembre 2017
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Dans les couronnes périurbaines des agglomérations françaises, l'urbanisation est la première cause de disparition de terres agricoles. D'après le rapport Boisson paru en 2005, à l'échelle nationale, 55 000 des 76 000 ha de surfaces agricoles utilisées en moins sur le territoire français chaque année sont "artificialisés" (35 000 ha pour l'habitat, 10 000 ha pour les routes, 7 000 ha pour les activités autres qu'agricoles). Ce processus, qui débute dès les années 1970 dans les principales aires urbaines d'Europe (dont celle de Paris), touche aujourd'hui la grande majorité des villes françaises145. À partir du milieu des années 1990, l'État commence à considérer le phénomène comme une menace pour le développement économique du secteur agricole. Ce sera en effet le principal objet du rapport d'information 415 présenté par le Sénateur Gérard Larcher pour la Commission des affaires économiques et du Plan en 1997.

     
  • ISBN : 978-2-343-13249-5 • novembre 2017 • 21 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat