• Couverture Trois tours terribles : petite psychopathologie des monades urbaines
  • 4eme Trois tours terribles : petite psychopathologie des monades urbaines

TROIS TOURS TERRIBLES : PETITE PSYCHOPATHOLOGIE DES MONADES URBAINES

Christophe Olivier

revue d'origine de cet article : Géographie et Cultures 102


Date de publication : février 2018
Version numérique* :
4 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

L'article propose une approche "mitoyenne" entre socio-anthropologie de l'espace et géographie culturelle sur l'espace vécu des grands bâtiments verticaux, en analysant trois récits de fiction prenant une tour pour cadre : "Total Environment" (Aldiss, 1968), The World Inside (Silverberg, 1971), et High-Rise (Ballard, 1975). On y étudie, en particulier dans les deux premiers, tirant profit de l'effet de loupe propre à la science-fiction "d'avertissement", en dégageant des faits socio-spatiaux saillants, la co-construction des formes de l'espace et des formes de socialisation. Ces catégories nous sont utiles dans un second temps pour l'analyse de High Rise, lequel nous guide dans les dynamiques de la désagrégation sociale. High-Rise expose un développement idéaltypique combinant types psychologiques et schémas d'évolution socio-spatiale, au cours duquel l'immeuble conçu pour la vue panoramique se retourne sur son intérieur, et dont l'aboutissement est l'enfermement paradoxal d'une population retournée à l'état de barbarie. On interroge pour finir la pertinence heuristique de cette analyse, et on dégage l'intérêt spécifique de ce détour par la science-fiction.

     
  • ISBN : 978-2-343-14135-0 • février 2018 • 21 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat