• Couverture La
  • 4eme La

LA "GRANDE VILLE" COMME PROPOSITION FORMELLE. DES SYMPHONIES URBAINES DU MUET JUSQU'AUX VIDÉOCLIPS CONTEMPORAINS : L'ÉVOLUTION D'UNE "MUSIQUE DES IMAGES"

Antoine Gaudin

Cet article est un extrait du livre suivant :
Professionnalisation des métiers des arts, de la culture et des médias


Date de publication : février 2018
Version numérique* :
4 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Cet article constitue une invitation à considérer la ville, non seulement comme un objet de représentation, mais aussi et surtout comme une proposition esthétique en soi. Je partirai du principe qu'avant d'être un motif dans l'image, la ville constitue en elle-même un environnement sensoriel singulier, producteur de formes originales pour ceux qui l'habitent et la parcourent. Le problème posé est donc moins : comment est-ce que le cinéma "montre" la ville ? que : comment est-ce que le cinéma "rejoint" la ville en tant que phénomène sensible ? Qu'est-ce qu'il peut nous permettre d'en saisir et d'en éprouver ? Quelles dimensions de l'expérience esthétique3 de la ville révèle-t-il pour nous, en les plaçant, le temps de la projection, à l'avantplan de notre attention sensible ? Ce qui importe, ce n'est donc pas la façon dont le cinéma peut reproduire plus ou moins mimétiquement l'image d'un espace urbain (pour nous le "faire connaître" rationnellement), mais bien sa faculté à en extraire certains mouvements, rythmes, énergies, dans sa matière expressive propre (pour nous les faire éprouver sensoriellement).

     
  • ISBN : 978-2-343-14077-3 • février 2018 • 18 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat