• Couverture L'invention de
  • 4eme L'invention de

L'INVENTION DE "L'OUVRIER-MACHINE" : ESCLAVE ALIÉNÉ OU PURE INTELLIGENCE AU DÉBUT DE L'ÈRE INDUSTRIELLE ?

François Jarrige

revue d'origine de cet article : L'Homme et la Société 205

Date de publication : janvier 2018
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

D'abord utilisé dans le langage de la guerre et du théâtre pour désigner un dispositif permettant d'obtenir une force, le mot machine et ses usages s'étendent à l'époque moderne pour décrire toute combinaison d'organes ou processus automatique. Mais c'est surtout avec l'industrialisation du tournant des XVIIIe et XIXe siècles, et ses nombreux impacts sociaux, que les usages du mot commencent à proliférer dans une grande diversité d'arènes et de débats. Alors que les machines et automates mécaniques pré-industriels servaient à produire du spectaculaire et à démontrer le pouvoir des puissants, ceux de l'âge industriel visent de plus en plus à accroître l'accumulation des richesses et du profit en modifiant les conditions du travail des hommes (Kunz Westerhoff & Atallah dir., 2011 ; Kang, 2011). Dès lors s'invente peu à peu un vaste débat sur la figure de "l'ouvrier-machine", l'un des premiers avatars du motif récurrent de l'homme-machine - dont le publiciste Pierre-Édouard Lemontey annonce, dès 1801, qu'il sera "timide et sédentaire", "prodigieusement ignorant, crédule et superstitieux" (Lemontey, [1801] 1816 : 180).

     
  • ISBN : 978-2-343-13933-3 • janvier 2018 • 26 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat