• Couverture La foi perd la raison De Michel de Certeau à Jean-Paul II

LA FOI PERD LA RAISON DE MICHEL DE CERTEAU À JEAN-PAUL II

Yohann Abiven

revue d'origine de cet article : Géographie et Cultures 42

RELIGIONS
Date de publication : 2002
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

On traiterait sans doute efficacement la question posée des rapports de la foi à la raison en explorant, peut-être hélas en exhumant, une oeuvre encore féconde, celle de Michel de Certeau, jésuite et sociologue et jamais jésuite ou sociologue. Luce Giard a notamment préfacé La faiblesse de croire, elle résume le travail du maître : " Rien n’était secondaire, car rien n’était étranger au travail de l’intelligence, à l’exigence d’une éthique et d’un croire ". Michel de Certeau a incarné la figure idéale-typique du théologien chrétien respecté jusque dans les instances universitaires laïques ; en somme un croyant qui s’est fait savant sans qu’il ne se sente, semble-t-il, écartelé entre deux acceptions concurrentes de la raison. Comment justifier ce paradoxal apaisement ?

     
  • ISBN : 2-7475-3092-2 • 2002 • 3 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : recto