• Couverture L'opinion française face à l'élargissement de l'Union européenne à la Turquie
  • 4eme L'opinion française face à l'élargissement de l'Union européenne à la Turquie

L'OPINION FRANÇAISE FACE À L'ÉLARGISSEMENT DE L'UNION EUROPÉENNE À LA TURQUIE

Christine Manigand

Frontières et sécurité de l'Europe
Date de publication : mars 2008
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

La question de l'entrée de la Turquie dans la Communauté, puis dans l'Union européenne (UE) n'est pas récente: elle a été posée lors des discussions qui ont précédé le traité d'association conclu en 1963. Depuis cette date, la candidature turque a toujours suscité des débats intenses et des oppositions virulentes ravivées par les négociations présidant au dernier élargissement de l'Union européenne. Celles-ci ont permis, en effet, de définir en 1993, lors du sommet de Copenhague, les fameux critères d'adhésion (respect des droits fondamentaux et des règles démocratiques, adaptation à l'économie de marché et acceptation de l'acquis communautaire) pour les candidats potentiels, condition sine qua non de toute adhésion future. Mais c'est réellement en décembre 1999, lors du Conseil européen d'Helsinki, que la question a retrouvé de l'actualité puisque la Turquie a alors été reconnue comme ayant "vocation" à rejoindre l'Union européenne et entrant de facto dans une phase de "pré- adhésion" sur la base des critères de Copenhague. La déclaration, le 8 novembre 2002, de Valéry Giscard d'Estaing, alors président de la Convention sur l'avenir de l'Europe, a encore attisé le débat: "La Turquie est un pays proche de l'Europe, un pays important qui a une véritable élite, mais ce n'est pas un pays européen..., si la Turquie adhère..., je donne mon opinion, c'est la fin de l'Union européenne!".

     
  • ISBN : 978-2-296-05112-6 • mars 2008 • 11 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoverso