• Couverture Science et politique
  • 4eme Science et politique

SCIENCE ET POLITIQUE

Michel Kail et Richard Sobel

revue d'origine de cet article : L'Homme et la Société 162


Date de publication : février 2008
Version numérique* :
4 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

La revue L'homme et la société, qui affiche en sous-titre, "Revue inter- nationale de recherches et de synthèses en sciences sociales", poursuit une double ambition, théorique et intellectuelle. Double ambition qui ne con- tient en elle-même aucune contradiction, sinon que la fameuse "demande sociale" adressée aux sciences sociales souhaiterait réduire les promo- teurs de ces sciences au statut d'experts ou de techniciens de la "chose so- ciale" 1.Revendiquer cette double ambition c'est répondre à l'exigence de scientificité, qui impose une réflexion épistémologique vigilante; laquelle est à l'évidence une des dimensions de ce que nous appelons une attitude intellectuelle. Dans le cas des sciences sociales particulièrement, la poli- tique ne saurait être isolée de l'épistémologie dans la stricte mesure où le chercheur ne peut guère se prévaloir d'une position de surplomb pas plus qu'il ne peut s'abstraire des conditions sociales, culturelles et politiques de la détermination de son objet d'analyse. Ce qui ne signifie pas qu'il soit condamné au subjectivisme mais que ces conditions interviennent dans la définition de son projet d'objectivité. La revue L'homme et la société, qui affiche en sous-titre, "Revue inter- nationale de recherches et de synthèses en sciences sociales", poursuit une double ambition, théorique et intellectuelle. Double ambition qui ne con- tient en elle-même aucune contradiction, sinon que la fameuse "demande sociale" adressée aux sciences sociales souhaiterait réduire les promo- teurs de ces sciences au statut d'experts ou de techniciens de la "chose so- ciale" 1.Revendiquer cette double ambition c'est répondre à l'exigence de scientificité, qui impose une réflexion épistémologique vigilante; laquelle est à l'évidence une des dimensions de ce que nous appelons une attitude intellectuelle. Dans le cas des sciences sociales particulièrement, la poli- tique ne saurait être isolée de l'épistémologie dans la stricte mesure où le chercheur ne peut guère se prévaloir d'une position de surplomb pas plus qu'il ne peut s'abstraire des conditions sociales, culturelles et politiques de la détermination de son objet d'analyse. Ce qui ne signifie pas qu'il soit condamné au subjectivisme mais que ces conditions interviennent dans la définition de son projet d'objectivité.

     
  • ISBN : 978-2-296-05051-8 • février 2008 • 4 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoverso