• Couverture
  • 4eme

"SI UN HOMME TRAVAILLE, IL DOIT ÊTRE LIBRE…" LES SERVITEURS HRÂTÎN ET LE DISCOURS COLONIAL SUR LE TRAVAIL EN MAURITANIE

Ann McDougall

Colonisations et héritages actuels au Sahara et au Sahel
Date de publication : novembre 2007
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

De manière générale, on peut avancer que les groupes de "travailleurs", composés d'hommes et de femmes occupés dans des métiers manuels, restèrent similaires avant et durant la colonisation en Mauritanie. Si nous accordons quelque crédit aux sources coloniales françaises, on peut dire que ce qui a distingué le "travail colonial" de celui qui existait auparavant fut l'apparition d'une "classe" particulière qui, suivant E. P. Thompson (1963232), était autonome dans son identité et indépendante de ceux qui l'employaient. Certes, dans notre monde post-moderne et post-colonial, le concept marxiste de "classe ouvrière" a bien moins de valeur aujourd'hui qu'il y a une génération. En effet,de nos jours, l'analyse de sources ou de textes de toutes sortes se centre sur les questions de "discours", de figures narratives, de déconstruction et de rubriques contextuelles plutôt que sur une simple description des informations factuelles. Ainsi, rechercher "une classe ouvrière en train de se constituer" dans les sources coloniales françaises pourrait être perçu par certains chercheurs contemporains non seulement comme une tâche passéiste, mais encore comme un travail impossible. Plus personne ne considère en effet les textes du passé sous l'aspect de leur seule valeur de vérité.

     
  • ISBN : 978-2-296-04024-3 • novembre 2007 • 34 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoverso