• Couverture Administration et politique indigène en Libye dans la première phase du colonialisme italien (1911-1919)
  • 4eme Administration et politique indigène en Libye dans la première phase du colonialisme italien (1911-1919)

ADMINISTRATION ET POLITIQUE INDIGÈNE EN LIBYE DANS LA PREMIÈRE PHASE DU COLONIALISME ITALIEN (1911-1919)

Gian-Paolo Calchi Novati

Colonisations et héritages actuels au Sahara et au Sahel
Date de publication : novembre 2007
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

L'Italie n'attendit pas la fin des hostilités avec la Turquie pour proclamer l'annexiondela Tripolitaine et de la Cyrénaïque libyennes. Ce geste unilatéral était cependant privé d'efficacité sur le plan international, n'en déplaise aux puissances européennes qui reconnaissaient à l'Italie une sorte de préemption sur la Libye et qui n'entendaient pas contrecarrer son action de conquête coloniale251. La Tripolitaine et la Cyrénaïque n'étaient pas des territoires res nullius [territoires sans maîtres], contrairement aux idées qui prévalaient en Europe à propos de certaines contrées coloniales, en Afrique sub-saharienne par exemple. L'Empire Ottoman (auquel la Libye était annexée depuis 1551) faisait partie des puissances de l'époque, même s'il se trouvait en voie d'érosion sous la pression des forces centrifuges qui étaient mobilisées au début du XXe siècle. Giovanni Giolitti (président du Conseil italien à diverses reprises entre 1892 et 1921 et chef du gouvernement en 1911) a défendu cette procédure comme nécessaire pour couper court à la question de la souveraineté et mettre tout le monde devant le fait accompli.

     
  • ISBN : 978-2-296-04025-0 • novembre 2007 • 38 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoverso