• Couverture La place de la colonisation européenne dans la transformation du politique en Afrique du Nord. Constitutionnalisme, démocratie et autoritarisme au Maroc et en Égypte
  • 4eme La place de la colonisation européenne dans la transformation du politique en Afrique du Nord. Constitutionnalisme, démocratie et autoritarisme au Maroc et en Égypte

LA PLACE DE LA COLONISATION EUROPÉENNE DANS LA TRANSFORMATION DU POLITIQUE EN AFRIQUE DU NORD. CONSTITUTIONNALISME, DÉMOCRATIE ET AUTORITARISME AU MAROC ET EN ÉGYPTE

Jean-Noël Ferrié

Colonisations et héritages actuels au Sahara et au Sahel
Date de publication : novembre 2007
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Sur l'expansion du constitutionnalisme en Afrique du Nord, au lendemain des indépendances et dans la décennie qui suivit, l'essentiel, si ce n'est tout, semble avoir été écrit par Michel Camau (1984, 1979, 1975a, 1975b, 1975c, 1974, 1973, 1971a). Je voudrais simplement, ici, insister sur un fait précis qui semble de quelque conséquence quand on considère la dynamique politique des sociétés d'Afrique du Nord et notamment du Maroc : l'intrication des arrangements constitutionnels typiques du régime représentatif à la trame des enjeux politiques locaux et, tout particulièrement, la rupture radicale d'avec le passé qu'elle révèle autant qu'elle entraîne. Certains auteurs ont insisté sur le fait que les institutions étatiques ne correspondraient pas aux particularités des sociétés arabes et, de ce point de vue, que les arrangements constitutionnels importés depuis l'Europe ne parviendraient pas à réguler la vie politique en Afrique du Nord et au Proche-Orient. L'unique domination de l'autoritarisme dans la région a donné quelque apparence de réalité à ce point de vue simpliste et faux. Il est simpliste car il ignore la généalogie de l'autoritarisme, en lui accordant, sans trop y regarder, une profondeur historique qu'il ne possède pas, cherchant dans le passé arabe la cause de faits qui découlent, pour la plupart, de la période coloniale ; il est faux parce qu'il confond l'autoritarisme et l'absolutisme, ignorant que l'autoritarisme est un dévoiement des institutions représentatives et non un régime sui generis. Ainsi, la colonisation aurait importé des institutions si étrangères au génie des peuples arabes que ceux-ci les auraient utilisées sans pouvoir y prendre leurs habitudes. Ironiquement, ce discours convenu se retrouve aussi bien chez d'éminents juristes occidentaux471 quechez de sourcilleux partisans de la réislamisation.

     
  • ISBN : 978-2-296-04025-0 • novembre 2007 • 26 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoverso