• Couverture DADA VU PAR MOMA. LE DISCOURS DU MUSÉE
  • 4eme DADA VU PAR MOMA. LE DISCOURS DU MUSÉE

DADA VU PAR MOMA. LE DISCOURS DU MUSÉE

Jeffrey A. Halley

20 ans de sociologie de l'art
Date de publication : novembre 2007
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Cet article examine le mode de présentation de Dada à un public de l'art au sein du musée d'Art moderne de New York. Le MoMa, de son nom familier, a ouvert son nouveau bâtiment au printemps 2005. La recherche présentée ici a été faite dans le bâtiment précédent où les œuvres d'art étaient présentées après l'extension du bâtiment de 1984 jusqu'au printemps 2000, au moment où le musée a été entièrement détruit en vue de la création d'une nouvelle structure. Dada a toujours constitué un défi pour les conservateurs et les critiques. Cela tient au fait que sa caractéristique la plus distinctive est d'avoir développé un point de vue critique sur la société. Sous ce rapport, on le définit souvent comme un art de la révolte. Dada était un mouvement d'artistes qui étaient partis à Zurich en territoire neutre pendant la première guerre mondiale par refus de la guerre. Plus tard, ils s'installèrent à Berlin et à Paris, où les Dadaïstes ont été les avant-courriers du surréalisme. Ils avaient le projet de développer un anti-art à travers le souci de miner les formes traditionnelles d'expression du sens et de la beauté. En ayant recours à des pratiques fondées sur l'éphémère, le bruit et le hasard, ils lançaient un défi à l'évaluation telle qu'on la pratique en fonction des valeurs du marché et aussi à la description de la critique d'art fondée sur le langage de la comparaison universelle. La plupart de leurs travaux utilisaient des juxtapositions apparemment antagonistes qui avaient pour consé- quence principale de produire un état de choc.

     
  • ISBN : 978-2-296-04411-1 • novembre 2007 • 11 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoverso