• Couverture AIMER, LIRE, DÉVORER. JEAN-JACQUES ROUSSEAU ET LE LIVRE
  • 4eme AIMER, LIRE, DÉVORER. JEAN-JACQUES ROUSSEAU ET LE LIVRE

AIMER, LIRE, DÉVORER. JEAN-JACQUES ROUSSEAU ET LE LIVRE

Michel Lisse

Art de lire, art de vivre
Date de publication : février 2008
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Kleist a imaginé une fin assez particulière pour Achille dans sa ré écriture du mythe des Amazones: Penthésilée l'a dévoré avec ses chiens, parmi ses chiens. La reine des Amazones jus tifia de la sorte son acte: Il est certes plus d'une femme pour se pendre au cou de son amant et lui dire: Je t'aime tant, oh tant, que je te mangerais! [...] Lorsque MOI je me pendis à ton cou, c'était pour tenir mot pour mot cette promesse 1. Jean-Jacques Rousseau n'a pas, littéralement, dévoré Mmede Warens, mais il a trouvé un stratagème pour, d'une certaine façon, manger celle qu'il aimait: Un jour à table, au moment qu'elle [Mme de Warens] avoit mis un morceau dans sa bouche, je m'écrie que j'y vois un cheveu: elle rejette le morceau sur son assiette, je m'en saisis avidement et l' avale2. Ce stratagème relève de la logique du supplémenf. Ce mot fut celui de Rousseau pour désigner la masturbation. Le récit de sa première expérience d'auto-érotisme est teinté d'ignorance. Le jeune Jean-Jacques s'interroge sur ce qui vient de lui arriver: J'étois revenu d'Italie, non tout à fait comme j'y étois allé; mais comme peutêtre jamais à mon âge on n'en est revenu. J'en avois rapporté non ma virginité, mais mon pucelage. J'avais senti le progrès des ans; mon tempérament inquiet s'était enfin déclaré, et sa prémiére eruption, très involontaire, m' avoit donné sur ma santé des allarmes qui peignent mieux que tout autre chose l'innocence dans laquelle j'avais vécu jusqu'alors (O.C.!, p. 108-109).

     
  • ISBN : 978-2-296-04924-6 • février 2008 • 8 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoverso