Articles et contributions

Présentation par l'auteur de Matthieu et la flûte traversière

L'histoire et la narration
À la veille d'entrer en classe préparatoire, Matthieu, un adolescent talentueux en quête d'une éthique de vie et d'une spiritualité conformes aux valeurs de la science, rencontre sur les pentes des Alpes une famille qu'il va aussitôt idéaliser. L'attention portée à leurs fils par les Pasquier le bouleverse et exacerbe sa révolte contre son père. Par leur aptitude au dialogue, les Pasquier l'encouragent tout un automne à les fréquenter.
Cédera-t-il aux appels de l'ascèse qui le conduiront dans le désert sur les traces du Père de Foucauld ou à ceux de l'amour pour la jeune fille qui l'accompagnera dans son périple saharien ?
Le roman est bâti à travers les confidences du narrateur en prologue et en épilogue et le récit proprement dit entrecoupé d'extraits du Journal d'un incompris.

Spiritualité et religion
En particulier du fait de relations difficiles avec ses parents, Matthieu est tourmenté, au point de noter dans son Journal une détresse allant jusqu'à la lassitude de la vie.
Il est attiré par la spiritualité et par la conscience religieuse, mais il ne supporte pas la culpabilisation permanente des hommes par les religions et s'en donne d'autant plus à cœur joie sur ce thème qu'il y voit une manière d'atteindre ses parents.
Voulant tout comprendre, il rêve du jour où l'Homme aura identifié toutes les lois qui régissent l'univers et sera ainsi devenu pour Dieu un allié consentant, parce que comprenant. Influence de saint Augustin, premier philosophe à avoir concilié la foi et la raison.
Alors que Matthieu vient de percer le mystère de leur famille, ses nouveaux amis lui livre l'homélie des obsèques d'une enfant qui se termine sur une invitation à croire en la fécondité d'une peine transfigurée. Matthieu adhère à cette formulation qui contribuera à lui ouvrir une vie d'espérance. Le récit fait alors penser à l'aphorisme d'Albert Camus : "La beauté surgit à cet instant des décombres de l'injustice et du mal."

La dimension autobiographique et les influences
Il s'agit d'une pure fiction. Cependant, l'auteur a choisi des décors qu'il connaît bien : celui de l'expédition en Asie qui fournit le cadre du prologue, celui de l'ascension qui ouvre le récit et les milieux de la médecine et de la musique qu'il a beaucoup fréquentés.
Il n'en demeure pas moins que l'écriture sollicite toujours le capital affectif de l'auteur, c'est à dire la mémoire d'un parcours qui intègre l'observation de son entourage, en termes d'interrogations, de sentiments, de peurs… Utiliser ces matériaux pour composer un récit apporte donc forcément une composante autobiographique si on inclut dans ce concept ce que les autres nous ont légué.
Incontestablement, une mère professeur de français a donné le goût de la littérature, puis de l'écriture. Et l'empreinte d'un père ingénieur a contribué au choix du milieu. Ainsi, dans l'École même où ce père fut élève, côtoyer des jeunes gens qui refusent d'adhérer passivement aux convenances de leur milieu et qui s'engagent dans des activités culturelles, sportives ou sociales a largement contribué à forger la personnalité de Matthieu.

Pierre Nougaret
novembre 2009

Livre associé

Auteur concerné