Compléments d'ouvrage

Connaître le diversitéisme, une refondation doctrinale globale

La victoire provisoire du libéralisme sur le socialisme n’est pas la fin de l’histoire idéologique du monde. Pas du tout. Car chaque génération apportera sa valeur ajoutée dans le domaine des idées comme dans bien d’autres. Il y a mieux et cela arrivera. La victoire du libéralisme sur le socialisme n’est que celle d’une thèse sur son antithèse ; elle est dialectiquement provisoire, en attendant l’éclosion d’une synthèse sublime. Dans cette espérance philosophique, un nouveau séisme secoue dès à présent le monde dans le domaine de la pensée. Son nom est « diversitéisme ». C’est le titre d’un livre et d’une nouvelle doctrine générale inventée au Congo, publiée en France, en cours de diffusion à travers le monde entier.

Le diversitéisme est une refondation doctrinale globale dans un esprit de nouvelle espérance intégrale, fondée sur l’éloge de la diversité comme source de prospérité féconde et durable. Puisque la diversité est le caractère d’une union d’êtres différents, donc à la fois libres et solidaires dans l’unité collective et la variété individuelle, le diversitéisme est la synthèse doctrinale qui manque à la philosophie et à la politique contemporaines. A tort, la pensée politique, économique et sociale contemporaine est jusqu’à présent divisée sans convergence doctrinale entre le libéralisme depuis toujours jugé trop sauvage et le socialisme devenu trop obsolète. Ainsi donc, malgré toutes les illusions et toutes les naïvetés, ces deux vieilles idéologies ne sont plus sources d’espérance et sont devenues sans avenir et sans populaire désir. A toutes les deux, chacune son tour, les peuples opposent de plus en plus un « non » tonitruant. Dans ce contexte, le diversitéisme arrive à point nommé en tant que solution générale au problème de la nécessaire refondation politique sur le plan doctrinal, dans la marche de l’humanité vers le stade suprême de la démocratie et de l’amour de l’autre comme soi-même et comme lui-même s’aime. C’est un pan entier de l’espérance abyssale qui auréole le passage de l’humanité du deuxième au troisième millénaire.

Le diversitéisme est la nouvelle philosophie politique, économique et sociale mondiale, un nouvel humanisme version troisième millénaire, contre la « logique du mono » au cœur de tous les extrémismes de la pensée unique et dogmatique, marqués par le refus de l’Autre, que sont : le monopolisme étatique, communisme ou collectivisme ; le monopartisme politique ; le monothéisme strict ; le racisme ; l’apartheid ; l’antisémitisme ; le nazisme ; l’antiféminisme ; le tribalisme ; le divisionnisme ; l’intégrisme ; l’ultralibéralisme visant la solution unique de la privatisation généralisée de l’économie afin de mieux asseoir le monopole des intérêts privés et affaiblir la puissance publique de l’Etat en le dépossédant de tout levier économique déterminant, ce, en taxant idéologiquement les entreprises publiques ou semi-publiques de tous les maux.

A son avantage, le diversitéisme soutient et milite, sans exclusive et sans excessive, en faveur des synergies enrichissantes qui s’établissent entre le marché, l’Etat et la société civile ; l’individualisme et la justice sociale ; l’intérêt privé et l’intérêt général ; le pluralisme respectant la diversité politique ; la diversification de l’économie, de la population active et de la formation professionnelle, publique et privée ; l’unité nationale dans la fraternité des différentes tribus; le fédéralisme des Etats dans l’unité et la variété des membres ; la solidarité entre les peuples du monde entier constitutifs d’une humanité riche de sa diversité; la reconnaissance multiforme parmi les hommes du rôle des femmes sans lesquelles la survie de l’espèce humaine elle-même ne serait pas assurée ; la prise de conscience mondiale en faveur de la biodiversité. Bref, le but est d’assurer la pleine reconnaissance de l’Autre dans la diversité collective et dans une approche correcte du système démocratique dont la gouvernance n’est pas à confondre av

Daniel Ngassiki
juin 2005

Livre associé

Auteur concerné