Articles et contributions de l'auteur

Les futurs de l'éducation au carrefour des épistémologies du Nord et du Sud

Obrillant Damus, professeur à l'Université d'État d'Haïti, a participé à un concours international organisé par l'UNESCO pour sélectionner les auteurs d'un rapport sur les futurs de l'éducation. Sa proposition a été sélectionnée (une introduction étendue assortie d'un plan de développement en français) pour être développée en forme de document de référence pour l'initiative sur les futurs de l'éducation. Voici un résumé du document commandé par l'UNESCO pour le rapport de l'initiative Les futurs de l'éducation de l'UNESCO (à venir, 2021).

Le paradigme éducatif monoculturel s'apparente à un rouleau compresseur qui broie sur son passage des savoirs locaux aux dimensions multiples (technique, magique, religieuse, relationnelle, rationnelle...) qui lui paraissent irrationnels ou résiduels, alors qu'une bonne partie de ces savoirs joue un rôle très important dans la durabilité humaine et planétaire. Si les écoles et les sociétés du futur veulent réduire les pratiques conscientes et inconscientes de destruction des connaissances locales et autochtones dans les pays du Sud et du Nord, elles doivent inviter les titulaires de ces savoirs à les enseigner et à les utiliser sans contrainte afin de renforcer leur résilience et d'optimiser leur transmission aux générations actuelles et futures. La valorisation de la diversité des savoirs, des parcours historiques, des temporalités, des cultures humaines, des langues, des visions du monde, des modes de pensée et d'action permettra à l'Éducation du futur de faire face à la violence monoculturelle. Les systèmes éducatifs du futur devraient être fondés sur une écologie des savoirs, en ce sens qu'ils sont appelés à articuler les savoirs du Sud et les savoirs du Nord dans la perspective de fabriquer des humains lococentrés, allocentrés et planétocentrés capables de saisir des unités dialectiques dans le flux kaléidoscopique des faits humains et naturels.


L'un des buts principaux de l'éducation du futur est de supprimer les dichotomies anti-durables (homme/nature; nous/eux; nature/culture; logique/irrationnel...), sur le plan humain et planétaire, en fabriquant des êtres "cosmocentrés" (versus égocentrés) capables de saisir des unités dialectiques, des faits humains et naturels à travers le filtre d'un langage interdisciplinaire. Ils seront capables d'harmoniser leurs intérêts avec ceux des autres, en accordant plus de sens au vivre ensemble et au vivre relié (universalisme relationnel; fraternité universelle) au détriment du vivre pour soi (égocentrisme destructeur). Si nous voulons que le modèle de développement économique et social actuel devienne moins antinomique avec la durabilité humaine et planétaire, nous devons fonder les futurs de l'éducation sur des systèmes de savoirs, de savoir-faire et de savoir-être issus de pratiques anthropiques multiples entre lesquelles toute relation de subordination et d'oppression scientifiques doit être exclue (écologie des paradigmes, des ontologies, des temporalités et des pratiques). Si les institutions éducatives du futur cessent d'être des lieux où sacrifier des savoirs locaux et autochtones sur l'autel de la rigueur scientifique occidentale, mais des espaces favorisant un dialogue respectueux et fécond entre les titulaires de savoirs du Nord et les possesseurs de savoirs du Sud (visée co-émancipatrice), les pratiques exo et endo-épistémicides seront réduites dans l'hémisphère sud. L'avenir de l'Éducation et la durabilité humano-planétaire ne sont pas pensables en dehors d'une alliance constructive entre les épistémologies du Nord et celles du Sud.

Le texte complet est disponible via le lien suivant : https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000374047.locale=en

Obrillant Damus

LE NOUVELLISTE, septembre 2020

https://lenouvelliste.com/article/221076/les-fu...

Auteur concerné