Sur Internet

Miranda, article de La Belle Image

La préface nous expose les prémices qui ont déclenché chez l'auteur l'écriture de cette fiction : une rencontre avec cette femme qui sert de titre au roman et qu'il a vue, en 2017, brièvement à Reims dans un camp de réfugiés et de demandeurs d'asile. Prise en charge par des amis de son quartier Croix-Rouge, il apprend " qu'elle avait vécu au Mexique, résidait en France depuis bientôt quatorze ans et qu'elle avait une fille". Il remarque enfin qu'elle avait "un tatouage de la Sainte Mort sur son épaule (…) cette image furtive de la Santissima, je l'avais reçue comme un message à la fois personnel et indéchiffrable." A partir de ces éléments ténus, Philippe Cuisset construit une histoire en trois parties comme dans une tragédie classique ; il expose d'abord la situation : elle est, depuis son enfance, une esclave du sexe de la Zona à "Reynosa, dernière ville mexicaine au bord du Rio Grande" ; elle dépend du clan des Zetas en concurrence avec d'autres et surtout avec le cartel de la drogue qui veut évincer ce marché du sexe peu lucratif pour s'ouvrir un débouché vers les Etats-Unis. On assiste ensuite à une guerre entre les clans puis des clans unis contre le cartel. Impliquée dans la liquidation d'un de ces truands, elle décide de s'échapper de cet enfer avec une amie. Commence alors un road-movie dans la sierra sur de petites routes pour éviter des représailles. Enfin, elles découvrent qu'elles sont prises en chasse par un tueur, Le Chien… Si le roman commence avec un réalisme certain en décrivant la misère humaine, il embraye assez vite sur une intrigue policière pour se terminer en véritable thriller. On pourrait penser à un film de Bunuel puis d'Orson Welles et enfin d'Arthur Penn. Autrement dit, si vous avez aimé Los Olvidados, La Soif du mal et La Poursuite impitoyable, ouvrez ce livre.

https://la-belle-image.fr/miranda/?fbclid=IwAR3...

Auteur concerné