Articles de presse

Quel accueil pour les détenus en prison ?

Cécile Gaffuri et Julien Fromget, tous deux Troyens et étudiants en droit à Reims, ont consacré leur Master II à L'accueil des détenus dans les prisons françaises.
Leur professeur, Martine Herzog-Evans a jugé leur travail remarquable au point de le faire éditer. L'ouvrage est paru récemment aux éditions de L'Harmattan.
Le sujet est d'actualité et les étudiants s'en sont emparés à bras-le-corps. ils ont réalisé la première recherche, "mi-sociologique, mi-criminologique", sur la mise en œuvre des "quartiers pour arrivants", que développent, depuis 2007, les prisons françaises pour se conformer à huit des cent huit règles pénitentiaires européennes.
Si ce thème a été retenu par la France, c'est qu'effectivement les premiers jours d'incarcération sont fondamentaux, particulièrement dans le cas de ceux qui découvrent l'univers pénitentiaire.
La création d'un "quartier pour arrivants" vise à atténuer, sinon à supprimer le "choc carcéral", une des phases présentant le plus de risques en matière de suicides ou de tentatives.
"Concrètement, le placement au quartier des arrivants se traduit par un isolement de deux à sept jours. Il est surtout l'occasion de plusieurs entretiens individuels destinés à informer le détenu des règles de la vie en prison et, dans le même temps, à analyser sa personnalité, son éventuelle vulnérabilité, ses potentiels, etc.", expliquent les deux étudiants.


Témoignages


Cécile Gaffuri et Julien Fromget sont allés enquêter sur le terrain, ou plutôt sur les terrains, constatant que les problématiques changeaient en fonction des différents types d'établissements pénitentiaires et pour mieux jauger les différences entre nouveau et ancien fonctionnement. Ils ont basé leurs études sur deux maisons d'arrêt (pour les prévenus et les condamnés à de courtes peines), les centres de détention (pour les condamnés à moins de dix ans de prison) et une maison centrale (pour les longues peines), où ils ont rencontré les directeurs, les personnels de l'Administration pénitentiaire, les travailleurs sociaux, les personnels soignants ainsi qu'une trentaine de détenus.

Label


Les deux auteurs livrent une analyse dont leur professeur a salué les nuances. "Les quartiers arrivants constituent souvent un progrès mais une application systématique à tous les détenus diminue leur intérêt", soulignent-ils avant d'indiquer : "Ils ne font généralement que retarder le "choc carcéral" et par ailleurs, de nombreux détenus se plaignent d'être trop isolés…" En revanche, que le quartier pour arrivants soit structuré ou que l'ancien fonctionnement demeure, les entretiens individuels se révèlent prépondérants : "Le plus important reste de prendre en compte la personnalité et le passé du détenu."
En tout état de cause, les prisons entrent dans l'univers des normes. À ceux qui ont parachevé la structuration de l'accueil des nouveaux arrivants, l'Afnor ou Veritas délivre le "label RPE" (règle pénitentiaire européenne).
Fin 2010, 40 % des prisons françaises l'avaient obtenu.

L'EST ECLAIR, octobre 2011


Cécile Gaffuri et Julien Fromget, L'accueil des détenus dans les prisons françaises. Éd. L'Harmattan. Collection Bibliothèques des droits. Prix : 16,50 €.

http://www.lest-eclair.fr/article/societe/quel-...

Auteur concerné