Articles de presse

La parole entre femmes se libère au sein de l'Église réformée

(...) "Les Tentes Rouges, késako?

Ce terme ferait référence à ces campements extérieurs qui auraient existé dans l'ancien Israël. "La Bible témoigne de l'existence de tentes rouges à l'extérieur des villages, pour accueillir les femmes durant leur période de règles, présente le site du LAB. Elles étaient considérées comme impures et devaient donc s'extraire de la communauté pendant ce temps." Plus précisément, le phénomène de ces rencontres - plus souvent laïques - s'est popularisé aux États-Unis au début des années 2000, à la suite de la publication du best-seller mondial "La tente rouge" (1997), de l'Américaine Anita Diamant. Celui-ci imagine le destin de Dina, la seule fille du patriarche Jacob, dont le viol est brièvement mentionné dans le livre biblique de la Genèse. "L'auteure y décrivait cette tente rouge originelle: un lieu de ségrégation (lors d'événements biologiques et sociaux) et de pouvoir au sein duquel les femmes se seraient retrouvées pour partager pratiques corporelles et connaissances", formule Aurélie Netz, dans la revue protestante "Vie et Liturgie" (juillet 2022). (...) l'anthropologue a consacré une enquête à l'émergence des "Cercles de femmes" (Éd. L'Harmattan). Et a rédigé de nombreux articles éloquents sur ces exemples "de créativité rituelle ecclésiale réformée et féministe".

Une non-mixité clairement choisie

"Ces rencontres participent de la grande famille des cercles de femmes, ces espaces rituels non mixtes développés dans les années 80, héritiers de diverses ritualités féministes et thérapeutiques", explique la spécialiste dans la revue française "Mélange de science religieuse". Et d'ajouter que ces rencontres sont "réservées aux femmes dans le but de faciliter les échanges autour de sujets sensibles". (...)"

Anne-Sylvie Sprenger

24 HEURES, 18-19 FÉVRIER 2023, P.21., février 2023

https://www.24heures.ch/la-parole-entre-femmes-...

Livre associé

Auteur concerné