Extraits

Le secret

Restant un des secrets les mieux gardés au monde, le nucléaire israélien est, pour l’État hébreu, considéré comme le protecteur sacré. Il est bien voilé et secrètement caché.

Les documents le concernant sont rares ou introuvables à l’heure qu’il est. Ils sont inaccessibles, détruits ou rendus illisibles. L’un des sites les plus secrets de l’État hébreu, jalousement surveillé jusqu’ici par la censure militaire israélienne, la centrale nucléaire de Dimona (sud d’Israël), est montrée, le 7 janvier 2005, pour la première fois par une chaîne de télévision israélienne.


Depuis les années 70, on peut identifier les traces d’une campagne systématique de rumeurs, particulièrement aux États-Unis, portant sur tous les aspects du programme nucléaire israélien.

D’après George Quester, nul doute que cette campagne avec ses nombreux signaux (tests de missiles et autres) fait partie d’une entreprise d’intimidation qui a pour but, pour les Israéliens, de renforcer la dissuasion et d’affaiblir psychologiquement toute volonté d’agression de la part de certains pays voisins.

Le fameux Samson option de l’État hébreu a, dès les années 70, soulevé des questions sur l’ignorance que les Américains se sont auto-imposée. La bombe israélienne reste ce qu’elle est, opaque, invisible et non reconnaissable.

La position officielle de l’État hébreu à ce propos est toujours ambiguë. Les décideurs israéliens ne cessent de répéter qu’ils ne seront pas les premiers à introduire les armes nucléaires au Moyen-Orient. Mais Israël, n’a jamais défini vraiment ce qu’il entend par introduire.
septembre 2006

Livre associé

Auteur concerné