Extraits

L'aube de l'histoire

Cet ouvrage suit la naissance du projet israélien et le contexte international dans lequel les choses ont évolué depuis 1950. C’est à partir de 1955, que la volonté des israéliens s’affiche vers un programme nucléaire militaire. Cette détermination se montre dès la première conférence de Genève en août 1955. Les documents montrent qu’à partir de 1957, Washington sait ce qui se passe à Dimona. Ils montrent aussi comment l’AEC (Atomic Energy Commission), le Department of State, ou encore la Maison-Blanche ne donnent aucune suite aux rapports de la CIA relatifs au programme nucléaire israélien.

Nous verrons ici comment, à Washington et à propos de la centrale de Dimona, aucune des photos prises par les avions U-2 ou le satellite Corona, n’est rendue publique. Le contexte historique dans lequel se trouve l’État hébreu l’aide à échapper à la politique américaine farouchement opposée à la prolifération nucléaire. L’échec des services d’Intelligence américains à clarifier ce qui se passe à Dimona montre comment à Washington, la Maison-Blanche et le département d’État n’ont jamais été inquiétés par les rapports sur le site de Dimona.

Nous sommes au cœur de la question de la prolifération et nous allons voir comment les puissances nucléaires ont aidé les Israéliens à accéder à la technologie atomique. Nous allons voir que, dès le début, surgit la notion de l’ambiguïté israélienne dont on parle beaucoup.

Mais pourquoi ne parle-t-on pas de l’ambivalence de Washington en ce qui concerne la prolifération ? Je vais analyser l’articulation entre ces deux démarches. Car dans le domaine de la prolifération nucléaire au Moyen-Orient, Washington ne peut pas nier avoir fermé les yeux, pour permettre aux israéliens comme aux Indiens de développer les armes nucléaires.

Je ne cherche pas à apporter des révélations fracassantes sur la détention ou non de la bombe atomique par les Israéliens. La bombe israélienne n’est plus un secret pour personne.

Ce que je cherche ici est de l’ordre du comment. Je cherche à comprendre comment l’État hébreu a œuvré pour l’acquisition de ces armes et comment les Israéliens ont opté pour l’ambiguïté nucléaire. Enfin, dans un contexte historique particulier, comment le réacteur de Dimona a-t-il pu échapper aux yeux surveillants de la CIA et à la volonté américaine de limiter la prolifération nucléaire ?

Nous sommes ici à l’aube de l’histoire des armes nucléaires israéliennes. Le désir de rêve même de l’établissement d’un État hébreu, engendre un large consensus au sein de la communauté juive dispersée dans le monde. La guerre israélo-arabe 1948-1949, qui a lieu juste après la création de l’État d’Israël, permet de resserrer les liens qui unissaient cette population meurtrie par l’histoire. Se forme alors le triangle Bergmann, Pérès et Ben Gourion qui gardera le secret plusieurs années.
septembre 2006

Livre associé

Auteur concerné