Critiques

Excès de lecture : L'amérique que j'aime

"J'ai voulu parler de cette Amérique que l'on ne voyait plus. Celle d'Hemingway, de Jim Harrison, des « Indiens » d'Amérique, des Kennedy, de Marlon Brando, de Martin Luther King. Celle des images de Woody Allen, Stanley Kubrick ou de Quentin Tarantino. Cette partie contestatrice et immergée de l'iceberg, où elle trouvait son âme." Nicolas Houguet

En ces temps de simplisme éhonté, l'image que l'on nous renvoie de l'Amérique souffre de coupables amalgames et de bien trop de raccourcis. Construite à partir d'idées reçues et d'expédients médiatiques, elle n'offre que peu de prise aux nuances et aux contrastes raisonnables. Ainsi en est il malheureusement de la vision que l'on peut dès lors en conserver et des soucis que cela pose pour la penser.

L'Amérique que j'aime, le livre qu'a écrit Nicolas Houguet, nous rappelle par l'exposé de son cheminement personnel, cette évidence trop manifeste et pourtant tue avec une admirable aisance : l'Amérique que l'on nous vend, n'est pas celle qui est. Cette Amérique que l'on nous propose, ce n'est plus cette immensité folle, que l'on aime et qui change le monde, ce n'est plus ce lieu d'ombres et d'innovations, de modernités et d'obscurités, toutes ensembles assemblées, qui se réunissent dans ce creuset états-unien, si imparfait.

Tant adulée, tant honnie, sacrifiée à ses seuls faucons aujourd'hui mis en minorité, tant de fois copiée, rêvée, la voici finalement sous cette plume redevenir ce qu'elle ne cessa jamais d'être : une patrie de complexité, de culture, d'outrances et d'excentricités, une contrée jamais plus productrice d'auteurs et de créateurs, jamais si forte et formatrice d'idées, que lorsqu'on la croit dépassée et divisée, atterrée et affaiblie.

Ce que l'Amérique que j'aime vient rétablir et ce n'est pas un moindre mérite, c'est celui que seul peut réussir un véritable auteur : celui de transcender le présent d'une époque par le truchement seul et puissant de son être pensant.

Livre d'une exaltation profonde sur fond de souvenirs et d'émotions intimes, itinéraire enthousiaste et passionné, cet ouvrage signé d'un jeune maître ès Lettres même pas trentenaire, résonne de cette ardeur tranquille et raisonnée qui marque les histoires qui ne s'éteignent jamais, celles dont l'influence et la force s'inscrivent dans la seule durée. Manière d'inventorier son passé et le goût de ses années, semblable à une vision panthéiste et magnifiée qu'anime cependant une profonde sensibilité, L'Amérique que j'aime n'est pas sans rappeler d'autres œuvres de notre temps, de celles qui replongent dans les tréfonds de nos engouements lorsqu' ils sont aussi durables qu'irrémédiables. On songera ainsi à Philippe Djian et à son Ardoise, à Frédéric Beigbeder ou plus illustrement à Alberto Manguel ou Milan Kundera.

Ces souvenirs d'Amérique, ces preuves si vives d'un Amour indéfectible, ces marques d'un si considérable attrait pour cette civilisation, balaient ainsi au fil des pages les siècles, les arts et l'incontournable aréopage des personnalités qui jusqu'à nos jours s'y illustrèrent. S'articulant en trois temps, L'Amérique que j'aime traite et examine ces symboles qui font l'identité états-unienne avant de brosser par l'écrit, tout en retenue magnifiée, le portrait de ces écrivains tutélaires qui marquèrent par leur américanité, à la fois comme créateur et lecteur, le jeune auteur. Puis pour achever son propos plein de fougue et non dénué de morgue, il finit par recenser les figures cinématographiques, qui, acteurs comme réalisateurs, impressionnèrent autant les images venues d'Outre Atlantique que les esprits qui les reçurent.
Et c'est principalement là, dans le creux de ses mots, dans l'écart entre le recul critique et l'exaltation que vient se nicher l'intérêt majeur de ce texte passionnant, celui d'exprimer avec simplicité l'émoi sincère et distancié d'un Amour raisonné. Pour ces lignes, je ne saurais donc que vous encourager à lire et à vous procurer L'Amérique que j'aime, cet ouvrage

Jean-Baptiste Guégan

WWW.EXCESSIF.COM, janvier 2007

http://www.dvdrama.com/news.php?18274&page=1

Livre associé

Auteur concerné