Notes de lecture

Un ouvrage particulièrement argumenté et résolument pédagogique

Préfacé par Claude LEMOINE, Professeur de Psychologie Sociale, cet ouvrage particulièrement argumenté et résolument pédagogique traite de manière synthétique et critique des principaux fondements théoriques, des défis méthodologiques et des enjeux sociaux de l'évaluation des capacités d'apprentissage chez l'adulte.

Pour commencer, l'auteur met en perspective son propos par une analyse critique des facteurs qui ont historiquement contribué au succès des mesures d'évaluation des compétences quantitatives et statiques classiques auprès de différents acteurs sociaux (praticiens et/ou universitaires), et en revanche à la mise à l'écart de l'évaluation dynamique du potentiel d'apprentissage.
Dans la première partie de l'ouvrage, l'auteur démonte la mécanique d'élaboration des tests en général, analysant les domaines ainsi que les conditions de leur utilisation et de leur interprétation. Il montre en particulier les limites des méthodes classiques qui font appel à des épreuves dont la logique d'élaboration et d'application ne nécessite aucun apprentissage préalable, postulant ainsi le primat des capacités dispositionnelles qui sont considérées de manière quasi immuable (Pasquier, 1990 ; Wildöcher, 1983). A cette logique, il oppose la prise en compte des conditions contextuelles et l'examen critique des raisons ponctuelles qui déclenchent la mise en œuvre d'une évaluation objective à l'aide des tests. Ainsi, cette partie est focalisée sur une analyse qui se veut méthodique et critique des paradigmes et des critères psychométriques sur lesquels reposent les tests d'intelligence globale et d'intelligence générale, ainsi que les tests opératoires. Quatre niveaux sont abordés :
(a) les principes généraux de leur élaboration qui fondent leur supériorité sur les épreuves pédagogiques ordinaires (les aspects techniques et notamment leur fiabilité métrologique), ainsi que le positionnement social des performances mesurées ;
(b) la nature des performances appréhendées et les domaines d'utilisation des mesures (connaissances centrées sur les savoirs, tests d'intelligence centrés sur l'efficacité des processus cognitifs, et tests de personnalité centrés sur les traits psychologiques de la personne, des préoccupations que l'on rencontre en particulier dans les champs clinique, du travail et de l'éducation) ;
(c) les conditions sociales de leur utilisation et les finalités de leur application (prise en compte des contextes de leur passation et notamment de la relation évalué/ évaluateur) ;
(d) les conditions d'interprétation des résultats observés (distinction performance-sujet, catégories nosologiques retenues, résultat-facteurs en cause).
Dans la seconde partie de l'ouvrage, l'auteur analyse l'intérêt et les limites de deux principaux types d'épreuves conçues pour évaluer les capacités intellectuelles, et étayer la prédiction de la réussite : les épreuves classiques et celles opératoires dérivées de la théorie constructiviste.
Ainsi, passant en revue, tour à tour les définitions de l'intelligence, les différents outils qui jalonnent l'histoire de ses mesures et les techniques statistiques par lesquelles passe leur opérationnalisation, il investigue en particulier les conceptions de l'intelligence qui sous-tendent l'usage des outils classiques, les processus de résolution des problèmes qui fondent les épreuves opératoires (en référence à un type d'opération mentale), ainsi que l'articulation entre théorisation et investigation empirique. Cette partie se termine par une illustration de son argumentaire en référence à l'usage des tests d'intelligence dans la prédiction de la réussite des apprentissages professionnels. L'auteur se réfère en particulier à la « mécanique » statistique qui sous-tend l'usage des tests d'intelligence classiques, pour souligner leur incapacité à intégrer le décalage existant entre la situation d'évaluation propre au test-prédicteur et la situation d'évaluation propre à l'épreuve-critère (Huteau, Lautrey,<

René Mokounkolo, MCF de Psychologie sociale, Université F. Rabelais de Tours

EDUCATION PERMANENTE, mars 2007

Livre associé

Auteur concerné