Entretien avec l'auteur

Paroles d'encre

J'ai pu utiliser de véritables rapports de visite écrits par mes lointains ancêtres les inspecteurs des manufactures pour mon roman historique; Il s'appuie sur une solide documentation qui m'a demandé deux ans de travail.

Question : Qu’est-ce qu’un roman historique ?
Réponse : L’auteur utilise un cadre historique réel pour faire évoluer des personnages de fiction.

Q : Présentez-nous l’un de ces personnages, l’abbé Morel ?
R : C’est lui qui va conseiller Oberthur (= Oberkampf dans la réalité) quand il installe sa manufacture de Toiles à Jouy. Il a une bonne connaissance de la Bièvre et cette eau a une importance particulière pour la fabrication de la Toile de Jouy.

Q : Pour nos auditeurs, pourriez-vous présenter la Toile de Jouy ?
R : Elle servait et sert encore aujourd’hui pour l’ameublement, l’habillement et le linge de maison. Le livre est un prétexte pour faire revivre un personnage historiquement très important : Oberkampf, le génial inventeur de la Toile de Jouy.

Q : Comment se fait la rencontre entre Oberthur / Oberkampf et l’abbé Morel ?
R : Elle intervient après une spectaculaire crue de la rivière de la Bièvre, dont les eaux étaient régulièrement sujettes à débordement, comme en 1579, en 1625 une nuit de Pentecôte, et en 1740 où elle entraîne la crue de la Seine. L’abbé connaît bien la vallée de la Bièvre et les arcanes de l’administration du roi. Il sera un précieux appui pour Oberthur au moment de son installation.

Q : Dans Le neveu de l’abbé Morel, quelle est la part d’histoire et la part romancée ?
R : Le roman s’appuie sur une solide documentation qui m’a demandé deux ans de travail. J’ai pu trouver toutes les sources dont j’avais besoin au Musée de la Toile de Jouy que je tiens à remercier pour l’illustration de couverture et au Comité d’Histoire du ministère du travail dont je fais partie. On m’a aussi prêté des documents ; en particulier, j’ai pu travailler à partir de rapports de visite réels des premiers inspecteurs des manufactures.

Q : Ce sont vos lointains ancêtres ?
R : Oui, dans le grand public on est persuadé que la création de l’inspection du travail est récente. Le ministère ne va-t-il pas célébrer en 2006 le centenaire anniversaire de la création du corps ? En réalité, avant que la Révolution ne le mette à bas, il existait un corps d’inspecteurs des manufactures. Ses missions étaient différentes : les agents envoyés par le roi contrôlaient la qualité des produits.

Q : Dans votre livre, découvre t-on les techniques mises en œuvre dans ces manufactures ?
R : Oui, c’est même très détaillé. J’insiste sur la dangerosité de certains mécanismes comme les presses, les calandres … d’autant que des enfants de 7 ans travaillaient sur ces machines.

Q : Pourquoi avoir écrit un roman ?
R : En tant qu’animateur de Café littéraire, j’ai vocation à faire autre chose qu’un travail historique. D’autant que d’autres le font très bien, je pense au Groupe de recherches historiques de Jouy et à la biographie d’Oberkampf par Serge Chassagne.

Q :Est-ce votre premier livre ?
R : C’est mon premier roman, mais j’ai auto-édité une nouvelle en 2002 : Des Machines & Des Hommes*.

Q : Où trouve t-on votre livre ?
R : Le roman est édité chez L’harmattan, il est dans les librairies autour de Versailles où j’ai fait quelques signatures. On peut aussi le commander chez son libraire habituel.

Q : Christophe Baillat, merci.
R : Je vous remercie.

Propos recueillis par Franck Edard

YVELINES RADIO - 88.4, mars 2004


Emission de radio sur Yvelines Radio

Livre associé

Auteur concerné