Articles de presse

Lu pour vous

Né en 1914 dans le Kasaï, et décédé en 1985, l'auteur, Paul Lomami Tchibamba, considérait ce roman-fleuve comme son œuvre maîtresse. Les éditions L'Harmattan le publient aujourd'hui pour un public européen qui pourra découvrir et s'imprégner de la mentalité bantoue, de sa façon d'aborder les problèmes et de s'adapter aux situations les plus imprévues, tout au long des avatars de son héros.
Quant aux lecteurs qui ont connu le Congo "d'avant", ils se sentiront ramenés des décennies en arrière, et se souviendront des longues palabres des Africains, de ces conteurs intarissables qui remplissaient la nuit étoilée des villages de brousse de leurs histoires à rebondissements, émaillés de quantités de détails, d'évocations et d'images, un peu à la manière des romans-feuilletons des années 1900. Soirée après soirée, l'histoire est reprise, enjolivée, poursuivie, pour le plus grand bonheur des auditeurs. Et, en filigrane, la tradition, les lois et les interdits implicites se devinent sous un texte français bien spécifique : la langue des "patrons" revue au prisme si riche des expressions "à l'africaine" et émaillée de mots en langage bantou. Cela s'écoule avec verve mais comme un "long fleuve tranquille" tel que le cours de la vie sous l'équateur.
Pour lire ce roman-témoin, il faut se mettre en symbiose avec l'auteur : laisser se dérouler sous les yeux les mille et une aventures de Gikwa, soirée après soirée, ou semaine après semaine, comme on vit là-bas… au rythme de la nature. Et oublier cette hâte, incompréhensible aux yeux des Africains, et qui leur faisait dire : "Tous les blancs ont une montre, mais ils n'ont jamais le temps"…

Marie-Madeleine Arnold

KISUGULU, PÉRIODIQUE TRIMESTRIEL BELGE, 1ER TRIMESTRE 2008

Livre associé

Auteur concerné