• Couverture Le gbesa evé ou la communication conative Anthropologie de la communication
  • 4eme Le gbesa evé ou la communication conative Anthropologie de la communication

LE GBESA EVÉ OU LA COMMUNICATION CONATIVE ANTHROPOLOGIE DE LA COMMUNICATION

William De Gaston

revue d'origine de cet article : Cahiers de l'IREA 15

Date de publication : janvier 2018
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Le Gbesa Evé nous plonge au coeur de l'anthropologie linguistique qui nous mène directement à l'anthropologie de la communication. Étymologiquement parlant, le Gbesa est un segment composé de deux syllabes : "Gbe" et "sa". "Gbe" est synonyme de vie. Cette syllabe signifie la vie, et la sociabilité, la courtoisie, l'amabilité, la politesse et enfin l'affabilité. Dans sa relation triumvirale, "Gbe" est aussi négation. Il est refus. Et il est une parole interpellatrice : "Gbe" veut dire halte, ce qui agit sur le sujet indexé quand on ajoute "sa". Exemple : Hogbe : Écoute! Exécute! Agis! Il y a de l'impératif dans "Gbe". De l'autre côté, "sa" s'associe au verbe attacher. Lier. "Sa" signifie trahison, lâcheté. Il implique aussi l'abandon d'une part et renoncement d'autre part. Dans son évolution, la syllabe "sa" dégage l'idée d'étendue comme espace, l'idée d'étendre, exemple : le linge.

     
  • ISBN : 978-2-343-13897-8 • janvier 2018 • 23 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat