• Couverture Cultiver les friches urbaines comme de nouveaux communs (DETROIT, ÉTATS-UNIS)
  • 4eme Cultiver les friches urbaines comme de nouveaux communs (DETROIT, ÉTATS-UNIS)

CULTIVER LES FRICHES URBAINES COMME DE NOUVEAUX COMMUNS (DETROIT, ÉTATS-UNIS)

Flaminia Paddeu

revue d'origine de cet article : Géographie et Cultures 103

Date de publication : avril 2018
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Dans les villes du Nord, où dominent les régimes de propriété publics ou privés, des espaces vacants sont réappropriés par la société civile pour y mener des initiatives d'agriculture urbaine. À Detroit en particulier, ville en décroissance, la vacance foncière massive constitue une aubaine qui pourrait participer à résoudre la tragédie des non-communs dans les villes contemporaines. La mise en culture des espaces vacants par la société civile ne suffit pourtant pas à en faire des communs urbains, ces derniers nécessitant l'établissement de processus complexes d'usage et de gestion. À partir d'une enquête de terrain réalisée à Detroit dans le cadre d'un doctorat, et en mobilisant la littérature scientifique sur les espaces vacants, l'agriculture urbaine et la notion de commun(s), cet article montre que la construction de communs agricoles urbains réside dans trois dimensions constitutives : le territoire occupé des nouveaux communs fonciers ; le territoire cultivé via les communs sociotechniques ; et le territoire gouverné comme processus de création du commun. Si l'apparition de communs agricoles urbains à Detroit propose ainsi une série de réponses alternatives à une crise politique, économique, sociale et alimentaire, elle témoigne aussi d'une vulnérabilité face aux risques d'accaparement des territoires pour des usages non-communs.

     
  • ISBN : 978-2-343-14481-8 • avril 2018 • 22 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat