Articles de presse

Débordages

"On raconte que les premiers spectateurs de cinéma étaient plus fascinés par les détails anecdotiques situés en périphérie de l'action principale que par les événements capturés soigneusement par les opérateurs Lumière. Le mouvement des feuilles d'un arbre, le rictus involontaire — donc d'autant plus authentique ! — d'un badaud en arrière-plan étaient précisément le type de phénomènes qui, étant saisis sur le vif par le cinématographe, suscitaient chez le public une soif inapaisable de voir, de se remplir les yeux. Dans ce bref essai (une plaquette de 59 pages), Isabel Nogueira, post-doctorante en histoire et théorie de l'art contemporain et théorie de l'image, propose d'interroger cette fonction mystérieuse de l'image, qu'elle soit picturale, photographique ou cinématographique : la capacité de provoquer le désir chez son observateur. En d'autres mots, il s'agit d'analyser le fonctionnement des mécanismes communicatifs et émotifs qui agissent entre l'image et le spectateur. Désignant tantôt l'opération de transmission sémiotique entre auteur et spectateur, tantôt l'influence mutuelle qui opère entre peinture, photographie et cinéma, c'est-à-dire les façons par lesquelles chacun de ces médias a emprunté certains codes esthétiques et sémiotiques des autres pour produire des effets inédits, la transitivité servira de concept opérant à l'enquête menée par la chercheuse."

Guillaume Potvin

SÉQUENCES, décembre 2018


 Télécharger le fichier

Livre associé

Auteur concerné