Articles de presse

Mal nommer

Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde…" est un des messages lumineux que nous a laissé Albert Camus.
La théorie du genre serait maintenant enseignée à l'école dit-on de tous côtés. Alors que le Ministre nous répète qu'il s'agit de sensibiliser les enfants à davantage d'égalité quel que soit leur genre sexué. Là-dessus la polémique repart de plus belle : "L'égalité, l'égalité ! Cela revient à détruire les différences ! Et des différences, il y en a entre les personnes ! Il ne faut pas aligner les gens sur le même plan ! etc. etc." Quel amalgame, et quelle confusion mentale entretenue volontier par certains de façon perverse pour brouiller l'entendement et manipuler les esprits afin que les rapports de pouvoir continuent de mener les hommes et les femmes, au lieu qu'ils apprennent à s'en libérer pour se comporter de façon plus évoluée.
Nommons les choses vraiment : l'égalité face au pouvoir permet en fait à toute personne d'être à force égale dans l'échange, c'est à dire de ne pas être assujettie et donc de pouvoir s'épanouir au mieux en sa différence, de pouvoir exister libre de l'emprise d'un dominant aliénant. A forces égales, pouvoir contre pouvoir égal, la justice et le respect ont plus de chance d'être en nos rapports.
Avec cette approche éducative réaffirmée à l'école, l'idée, me semble-t-il, est de permettre aux individus, dès leur jeune âge, d'exister le plus possible à égalité pour que chacun et chacune ait davantage le pouvoir de se libérer des rapports de pouvoir et donc pour que la personne ait la possibilité et le pouvoir d'exister en sa différence et sa liberté; rien de mieux pour vivifier nos démocraties et favoriser une participation citoyenne responsable.
Mais qui ne veut pas que les rapports humains se libèrent des rapports de pouvoir ne veut pas de cette égalité de pouvoir-là, de cette égalité seule capable de donner à l'individu la capacité de déjouer les rapports dominants dominés et de mieux exister en sa liberté et en sa dignité.

Auteur concerné