Articles de presse

Le De Gaulle de la Montagne

Paul Gayet Tancrède dit Samivel (1907-1992) et Lucien Devies (1910-1980) sont deux aigles qui planent sur l'histoire de alpinisme français du siècle passé et que tout oppose. L'un, misanthrope et individualiste, attiré par la transcendance ; l'autre, meneur d'hommes et organisateur visionnaire de l'alpinisme sportif français. Du premier, Arthaud réédite Homme cimes et dieux, somme imposante où l'on regrettera que les aquarelles sensibles du peintre aient laissé la place aux diagrammes austères du philosophe. Le second est l'objet d'une étude coordonnée par le sociologue Olivier Hoibian : Lucien Devies, la montagne pour vocation. Où l'on voit le bouillonnant grimpeur des années 1930, auteur de premières remarquées avec Giusto Gervasutti, affirmer son ascendant sur les institutions de l'alpinisme français et organiser la conquête du " premier 8 000 ". Maurice Herzog, qui parvint en 1950 au sommet de l'Annapurna avec Louis Lachenal, salue son mentor dans une préface enflammée : " Célébrer l'héroïsme et sublimer l'aventure humaine tel, était son credo. Dès lors tout changeait. Le choix des acteurs devenus des combattants, la finalité même des opérations qui se transformaient en croisades. " Moins emphatiques, les 14 chapitres qui suivent permettent d'apprécier le legs de celui qu'on surnommait " le De Gaulle de la Montagne ".

Ch. B.

LE MONDE DES LIVRES, juillet 2005

Livre associé