VIEILLIR ET MOURIR AU XVIIIE SIÈCLE

Longévité et vie sociale à Haveluy

Guy Tassin

Préface de Michel Vovelle


Livre papier :
25,4 €

Livraison à 0,01 €*
* À destination de la France métropolitaine & Belgique, sans minimum d’achat

Version numérique* :
18,99 €
* Compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Longtemps, les familles ont connu de nombreux décès précoces. Quand enfin meurent moins de jeunes, la vie change. C'est parce que la mort est moins insistante dans sa tyrannie que l'on peut mettre moins d'enfants au monde. Quand la durée de la vie augmente, le regard sur l'âge peut aussi changer. Le souci de la santé est plus marqué, le désarroi devant la mort de l'autre mieux exprimé. La meilleure longévité, en particulier des femmes, fait subsister plus de vieux couples. Le vieillard est ainsi moins souvent isolé et la vie conjugale, carrière au plus long cours, y gagne en complicité. L'amour colore le deuil.

  • Date de publication : 1998
  • 288 pages
  • ISBN : 2-7384-7227-3
  • EAN13 : 9782738472274
  • EAN PDF : 9782296375802
  • (Imprimé en France)

Du même auteur

Dans la même thématique