Articles de presse

Revues, bouquins

Musique et religion, Afrique et Amérique ? On pense esclavage, vaudou et gospel, non ? Il y a de ça, mais n'allons pas trop vite.
L'auteur est percussionniste, passionné de tambours africains mais aussi directeur pédagogique d'une école de jazz. En six chapitres divisés en courts sous-chapitres écrits dans un langage très abordable, il essaie de nous faire comprendre la complexité de l'Afrique, ses très nombreuses langues et cultures, ses centaines de modèles de tambours qui participent à quantité de rites.
Alors, oui, quand on trouve en Amérique des cultes qui s'appellent Vaudou, Candomblé ou Santeria, il est nettement plus simple de les étudier là qu'en Afrique. Quoique...

Les musiques africaines sont étroitement liées aux rites et à la vie commune. Rites propitiatoires (appel aux divinités), rites de reconnaissance, rites cycliques, chants de travail... Ce que les musiciens non-africains apprennent après une longue initiation, ce sont des musiques de reconnaissance ou de certaines traditions telles qu'un mariage. Mais il n'est pas question de leur
apprendre les rites et musiques les plus "sacrés", ni de
leur laisser toucher les instruments utilisés pour ces
rites. De plus, quand ils reviennent chez eux, loin de
cette intense vie sociale, ils ont du mal à reproduire la
dynamique de ces musiques.
L'auteur aborde à plusieurs reprises des sujets qui nous
parlent : les danseuses qui glissent littéralement dans le
sol (plus ou moins sablonneux), les joueurs de tambour
qui laissent tomber le poids du bras, le temps qui n'est
pas linéaire mais circulaire et extensible... "L'Européen
écrit sa musique comme on écrit un livre, alors que
l'Africain vit sa musique comme on parle et comme on
danse". La différence est peut-être un brin caricaturale,
mais elle a le mérite d'attirer notre attention. Ce petit
livre est décidément intéressant.

Marc Bauduin

CANARD FOLK, juin 2018


 Télécharger le fichier

Livre associé

Auteur concerné