• Couverture La crise comme opératrice épistémologique du progrès scientifique chez Gaston Bachelard
  • 4eme La crise comme opératrice épistémologique du progrès scientifique chez Gaston Bachelard

LA CRISE COMME OPÉRATRICE ÉPISTÉMOLOGIQUE DU PROGRÈS SCIENTIFIQUE CHEZ GASTON BACHELARD

Sandrin Giscard Bouzitou Missibou

revue d'origine de cet article : Cahier du jeune chercheur 1

Date de publication : janvier 2018
Version numérique* :
3 €
* Nos versions numériques sont compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Le présent travail que nous livrons ici, s'inscrit dans la conception bachelardienne de la science. Cette conception conduit à la compréhension de la notion de crise. Car "Les crises aggravent les incertitudes, favorisent les interrogations ; elles peuvent stimuler la recherche de solutions nouvelles comme provoquer des réactions pathologiques comme la désignation d'un bouc émissaire" (E. Morin et Patrick Viveret 2010, p. 9). Ces incertitudes et ces interrogations ont poussé un bon nombre de penseurs, à l'instar de Bachelard, à s'intéresser à la "crise" en adoptant une démarche positiviste "quel que soit le point de départ de l'activité scientifique, cette activité ne peut pleinement convaincre qu'en quittant le domaine de base : si elle expérimente, il faut raisonner ; si elle raisonne, il faut expérimenter" (G. Bachelard 2011, p. 7). Par cette affirmation, Bachelard songe au progrès de la science, car selon Auguste Nsonsissa "Les crises dans tous les domaines entraînent donc l'évolution des théories et partant la dynamique de la science" (2014, p. 28).

     
  • ISBN : 978-2-343-13878-7 • janvier 2018 • 17 pages
  • Télécharger les fichiers de couverture : rectoversoaplat