• Couverture Sylvie Germain : oeuvre romanesque
  • 4eme Sylvie Germain : oeuvre romanesque
rectoverso

SYLVIE GERMAIN : OEUVRE ROMANESQUE

Un monde de cryptes et de fantômes

Alain Goulet

Collection : Critiques Littéraires
EUROPE France

La presse en parle...
"Au pays de Sylvie Germain" Comme Christiane Rochefort, Sylvie Germain met le biographique au placard. Ni moi-ronron, ni ritournelle de l'intime. Mais une quête vitale, une exploration des profondeurs. Philosophe, mystique, Sylvie Germain est une esthète, « taraudée de l'intérieur » par le mal et la souffrance. Tout commence par une image mentale, une obsession autour de laquelle tout roman d'elle se cristallise. "Du Livre des nuits" (1985) à "Magnus" (2005), la conteuse Sylvie Germain ne cesse de creuser des galeries souterraines, en formes d'abîmes. Un monde de cryptes et de fantômes, que l'universitaire Alain Goulet hante depuis des lustres et qu'il déchiffre en initié. Non seulement, de soupirail en soupirail, il laisse passer la lumière du sens et multiplie les perspectives d'analyse, mais il nourrit son ouvrage critique de sa connaissance en face à face, des documents accumulés, des interviews accordées. Au plus enfoui, au plus obscur, il y a "l'Enfant méduse". Un point de départ réel : une histoire « de viol à répétition sur plusieurs générations à l'intérieur d'une famille ». Une image initiale : « Un corps couché dans le fond d'un jardin ». « Une narration fragmentée en petits tableaux animés ». Alain Goulet rappelle que le motif du viol incestueux n'est pas nouveau dans l'oeuvre de Sylvie Germain. Il apparaît en effet dès le "Livre des nuits", avec l'inceste de Théodore Faustin, commis sur sa fille Herminie Victoire, qui se trouve à l'origine de l'ensemble de la tribu des Péniel. Et c'est dans le sillage ouvert par Charles-Victor, dit Nuit-d'Ambre, que s'inscrit Ferdinand, le frère violeur de Lucie, l'Enfant méduse. Mais cette fois, le viol envahit tout l'espace. Et le crime perpétré par l'ogre engloutit la victime. D'une galerie l'autre, l"'Enfant méduse" (1991), de Sylvie Germain, rejoint "la Porte du fond" (1988), de Christiane Rochefort. D'une enfance à l'autre, le piège maléfique se referme. Lucie se change en Gorgone au regard mortel, tandis que « je-personnage » arbore le sourire de son assassin. Martine Sagaert L'Humanité article paru dans l'édition du 5 mai 2007
Livre papier :
25 €

Livraison à 0,01 €*
* À destination de la France métropolitaine, sans minimum d’achat

Version numérique* :
18,99 €
* Compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.
> En savoir plus sur les ebooks : consultez notre FAQ
Les ebooks publiés avant 2011 sont susceptibles d'être issus d'une scannérisation, merci de consulter l'aperçu pour visualiser leur qualité.

Sylvie Germain est avant tout une prodigieuse conteuse dont l'écriture procède d'une nécessité vitale : aller "à la rencontre des autres qu'on porte en soi et qui y ont laissé des traces", donner existence aux fantômes et aux images qui viennent la visiter, mettre en scène et en fable les visions qui la sollicitent, animer la vaste fosse commune de sa mémoire et de sa crypte où reposent et se mêlent tout ce qu'elle a appris et oublié, et toutes les vies imaginaires qui la traversent.

  • Date de publication : novembre 2006
  • - format : 16 x 24 cm • 284 pages
  • ISBN : 2-296-01846-7
  • EAN13 : 9782296018464
  • EAN PDF : 9782296160507
  • EAN ePUB : 9782336262079
  • (Imprimé en France)

Vidéos en ligne

 SYLVIE GERMAIN OEUVRES ROMANESQUES
Alain Goulet

novembre 2014

Du même auteur

618 livres dans cette collection

Dans la même thématique