Etats-Unis et Indonésie : des relations suivies
28 octobre 2002
Article paru dans la Revue Française de Géopolitique n°1

Philippe Raggi

1945-1949 : hésitations puis engagement américain.
La République d’Indonésie voit le jour peu de temps après les bombardements américains d’Hiroshima et de Nagasaki, le 17 août 1945. Néanmoins, il ne s’agit, à cette date, que de la déclaration d’indépendance unilatérale (Proklamasi) par Sukarno vis à vis de la puissance coloniale : les Pays-Bas. Ce mouvement d’indépendance a été exalté par le Japon qui a défait les hollandais le 28 mars 1942 et qui a été jusqu’à garantir aux indonésiens, début août 1945, une indépendance au 24 du même mois. Après les bombardements atomiques américains, les japonais se rendent le 15 août aux alliés mais l’armée et la marine du Soleil Levant conservent le contrôle sur l’archipel ; le Japon acceptant de restituer l’Indonésie aux hollandais de manière graduelle.
Entre la date de la Proklamasi et le transfert officiel de souveraineté à la République d’Indonésie par les Pays-Bas (1), suivront trois années de luttes violentes tant interne à l’Indonésie (factions rivales, musulmans radicaux, communistes, séparatistes), que contre les hollandais (2), les australiens (3) et les britanniques (4). Dans ces toutes premières années de lutte pour l’indépendance, les Etats-Unis soutiennent les Pays-Bas. Il s’agit de ré-instaurer une souveraineté solide, quelle qu’elle soit, dans l’archipel.
Au même moment, dans la région, les Philippines, seule colonie américaine outre-mer, accèdent à l’indépendance le 4 juillet 1946. Les britanniques, quant à eux, quittent définitivement l’Indonésie le 29 novembre 1946 et, avec les Etats-Unis, l’Australie et l’Union Soviétique, ils soutiennent la cause de la République Indonésienne devant les Nations Unies. Ainsi, le 1er août 1947, le Conseil de Sécurité des Nations Unies appelle-t-il à un cessez-le-feu; trois jours plus tard, un accord entre Sukarno et les hollandais est ratifié mais, sur le terrain, il n’est pas respecté. Le Gouverneur Van Mook, tentent une dernière carte : l’établissement de plusieurs Etats dans l’archipel, dans l’espoir de créer une Indonésie Fédérale plus ou moins indépendante mais encore liée à la couronne néerlandaise.
Les Etats-Unis ne se désintéressent pas du sort de l'Indonésie. Ainsi, le 17 janvier 1948, c’est sur l’USS Renville (5) que les hollandais signent, sous les auspices des NU, un cessez-le-feu qui leur est plutôt favorable. Les Etats-Unis feront néanmoins pression sur les hollandais pour que soit inclus la mention « République d’Indonésie », condition préalable exigée par les indonésiens. Ce n’est toutefois pas l’indépendance.
Par la suite, plusieurs éléments vont modifier l’attitude, jusqu’à lors modérée, des USA vis à vis des hollandais. Puissance anti-coloniale par nature, les Etats-Unis constatent que la Hollande n'est même pas en mesure d'instaurer une paix durable et rapide dans l'archipel. En effet, en mai 1948, Kartosuwirjo se proclame Imam de l’Etat Islamique d’Indonésie (Darul islam) ; c’est le début d’une rébellion sanglante contre à la fois les hollandais et la jeune République indonésienne. Mais ce sont surtout les événements de Madiun (Java Centre) avec la tentative de coup d’Etat communiste du 18 septembre 1948 (6) qui fait se tourner les américains résolument aux côtés des indonésiens. La répression fait apparaître les républicains indonésiens comme franchement anticommunistes et, dès lors, les Etats-Unis exercent une pression très forte sur les Pays-Bas pour qu’ils accèdent pleinement à la demande d’indépendance de l’Indonésie. Le 11 octobre, Van Mook démissionne de son poste de « Lieutenant-Gouverneur des Indes néerlandaises », et la Hollande crée moins d’un mois plus tard un poste de « Haut représentant de la Couronne ». La puissance coloniale fait fi des pressions américaines et des Nations Unies (7), et poursuit sa politique propre vis à vis de l’archipel. En décembre 1948, à l’exception d’Aceh et de quelques endroits de Sumatra, toute l’Indonésie est sous contrôle hollandais. Excédés, l

1 - le 27 décembre 1949.
2 - La puissance coloniale encore souveraine. Début 1946, les forces néerlandaises (la KNIL) comptent environ 20 000 soldats en Indonésie ; des effectifs qui monteront jusqu’à 92 000.
3 - Lord Mountbatten, le Commandant Suprême des Forces Alliées en Asie du Sud-Est, assigne aux australiens la responsabilité de Bornéo (Kalimantan) et de l’Est de l’Indonésie (Célèbes, Moluques, Papouasie, petites îles de la Sonde). A compter du 15 décembre 1945, les forces hollandaises commencent à remplacer, comme puissance occupante dans la partie orientale de l’archipel, les troupes britanniques.
4 - Le Général Mallaby arrive le 25 octobre 1945 avec le 49ème Régiment d’Infanterie Indienne. Les britanniques prennent en charge Sumatra et Java. Le Major Général Hawthorn remplace Mallaby le 30 octobre 1945, après l’assassinat de ce dernier quelques heures après la signature d’un cessez-le-feu avec Sukarno et Hatta, les deux leaders indonésiens. La plupart des forces britanniques présentes en Indonésie viennent des Indes ; Nehru protesta vivement contre l’utilisation de troupes indiennes à l’encontre des indonésiens. Ce fut une des raisons majeures du retrait britannique.
5 - Bâtiment de transport américain basé aux Philippines mais qui a mouillé, pour les négociations, au port de Jakarta.
6 - Le « coup de Madiun » fut la seconde tentative de révolte – infructueuse - du PKI, le parti communiste indonésien ; la première ayant eu lieu en juillet 1926.
7 - Humiliation par les hollandais des forces des NU à Kaliurang.
8 - Non sans que les Etats-Unis y soient étrangers.
9 - 24 décembre 1948.
10 - 28 janvier 1949
11 - Début 1950, ce n’est pas moins de 300 000 citoyens hollandais qui quittent l’Indonésie, et le 26 juillet 1950, l’armée royale des indes hollandaises (KNIL) est officiellement dissoute. La Papouasie occidentale reste toujours aux mains des hollandais.
12 - Aux Moluques avec la République des Moluques du Sud (RMS) et son chef Sumokil.
13 - Toujours le Darul Islam de Kartosuwirjo.
14 - Le PKI avec Aidit, son chef, de 1951 à 1965.
15 - Le 21 février 1957.
16 - Le 1er décembre 1957, Sukarno annonce la nationalisation de 246 sociétés hollandaises.
17 - Le 5 décembre 1957.
18 - Communistes et socialistes.
19 - Pemerintah Revolusioner Republik Indonesia.
20 - le 17 août.
21 - Le 15 août 1962.
22 - Sabah et Sarawak.
23 - Commandement des Réserves Stratégiques.
24 - « Surat Perintah Sebelas Maret ».
25 - le nationalisme (Kebangsaan), l'humanisme (Kemanusiaan), un gouvernement représentatif (Kerakyatan), la justice sociale (Keadilan Social), le monothéisme (Ketuhanan).
26 - La plus grande mine d'or et de cuivre du monde.
27 - Noam Chomsky, in "L'Indonésie, atout maître du jeu américain", Le Monde Diplomatique, juin 1998.
28 - programmes d’enseignement et d’entraînement militaires internationaux
29 - En mars, avril et surtout mai 1998.
30 - Le 21 mai 1998.
31 - Le 5 mai 1999, les portugais et les indonésiens signent un accord à New York sur un vote d'autodétermination de l'île.
32 - 78% en faveur de la séparation d’avec l’Indonésie.
33 - filiale indonésienne de Freeport-McRohan.


Imprimer cet article