• Couverture Fin au fauteuil
  • 4eme Fin au fauteuil
rectoverso

FIN AU FAUTEUIL

Récit

Agnès Pierron


Zone géographique :
- Europe


La presse en parle L'Est Républicain
Le deuil par l'écriture Agnès Pierron, Lunévilloise installée à Paris, s'exprime au sujet de son nouveau livre, "Fin au fauteuil". Dynamisme et détermination, Agnès Pierron doit être de ces femmes qui ne lâchent rien mais qui donnent tout. Originaire de Lunéville, elle vient de publier chez l'Harmattan un livre à très forte coloration autobiographique. "Fin au fauteuil", le titre rappelle l'expression hospitalière "au fauteuil" décrite comme "un supplice" par l'auteur, expression qui veut que les patients passent plusieurs heures par jour "vissés" dans leur fauteuil en vue d'éviter les escarres. Hommage à un père Elle ne croit pas à l'objectivité mais la spécialiste du théâtre d'épouvante a cherché à débarrasser le livre de toute trace de colère : "L'indignation amuse", déclare-t-elle et ce n'est pas ce qu'elle souhaite. "C'est au lecteur de tirer des conclusions", avance-t-elle. Pourtant, malgré les années, la colère est toujours perceptible. Maquillée derrière un sourire et apaisée par l'acte d'écriture, la douleur est présente chez Agnès Pierron. Elle ne pardonne pas au milieu hospitalier d'avoir en ce jour de septembre réanimé son père, alors que tant de souffrances auraient pu être épargnées. Pendant la maladie, elle n'avait jamais songé à écrire à ce propos mais cet évènement a déclenché quelque chose en elle. L'auteur n'en est pas à son coup d'essai, loin s'en faut, mais pour la première fois, elle lève le voile sur quelque chose qui la touche de près. Le livre est dédié à son père d'une étrange manière : "Vers mon père", peut-on lire. Un chemin détourné pour dire qu'il n'est plus mais que ce livre doit aller vers lui. Revalorisé par le courage dont il a fait preuve à travers la maladie, il a dans le livre l'étoffe d'un héros. Chronique d'une "mort à épisodes", l'ouvrage est divisé en plusieurs "moments", comme autant d'étapes qui mènent à la mort. Récit d'une agonie Pour le coup, l'auteur s'attaque à un véritable fait de société : on ne meurt plus comme avant. On s'éteint plus vieux mais la souffrance n'en est pas moins grande. Agnès Pierron parle d'une forme d'"agonie" moderne. La femme de lettre n'est jamais loin derrière la femme de coeur et l'auteur confesse que le livre n'est pas une pure description des faits. Le roman n'est pas exempt d'une certaine forme de théâtralisation, de clins d'oeil comme le titre qui "sonne comme "Fin de partie" de Beckett", explique Agnès Pierron. Reconvertie en Parisienne depuis une trentaine d'années, la Lunévilloise nourrit-elle d'autres ambitions ? A cette question, elle répond que sa passion du théâtre lui a donné l'envie de monter sur scène. Un projet de spectacle est à l'étude... Et pourquoi pas écrire sur des comédiens de la région ? L'Est Républicain, 4 octobre 2007
Livre papier :
14 €

Livraison à 0,99 €*
* À destination de la France métropolitaine, à partir de 35€ d'achats

Version numérique* :
9,99 €
* Compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.
> En savoir plus sur les ebooks : consultez notre FAQ
Les ebooks publiés avant 2011 sont susceptibles d'être issus d'une scannérisation, merci de consulter l'aperçu pour visualiser leur qualité.

"J'ai mal à ma bouteille ! C'est par ces mots que mon père nous avait dit bonjour, la première fois que nous lui avons rendu visite, après la gastrotomie, à l'hospice Saint-Charles, l'endroit maudit de la ville, redouté, surnommé je ne sais pas pourquoi, le coton." Après le temps des belles morts, dans son lit et à son heure, c'est le temps des morts d'hôpital, avec les rebondissements liés au savoir-faire et au pouvoir médicaux.

  • Date de publication : septembre 2007
  • - format : 13,5 x 21,5 cm • 140 pages
  • ISBN : 978-2-296-03972-8
  • EAN13 : 9782296039728
  • EAN PDF : 9782296180697

Dans la même thématique

Dans la même zone géographique