LA DICTATURE DU SUCCÈS

Le paradoxe de l'autonomie contrôlée et de la précarisation

Béatrice Appay

Collection : Logiques sociales


Article paru dans le journal du CNRS (lire)
Livre 3 questions à Béatrice Appay. La dictature du succès. Le paradoxe de l'autonomie contrôlée et de la précarisation Éd. L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », septembre 2005, 262 p. - 22,50 € Béatrice Appay est sociologue, membre du Centre de recherche sur les liens sociaux (Cerlis, CNRS / Université Paris-V). Vous avez dirigé une action scientifique fédérative du CNRS sur « la ­précarisation sociale » 1 mobilisant un réseau de 200 chercheurs, et vous êtes à l'origine du concept d'auto­nomie contrôlée (controlled autonomy) : pouvez-vous nous expliquer la situation mortifère que ce paradoxe engendre ? Simple. L'autonomie contrôlée, c'est Janus : d'un côté la face positive, avec stimulation de la compétitivité, de ­l'autonomie, de la mobilité et de la responsabilité ; de l'autre, la face négative, avec la mise en place de puissants systèmes de contrainte et de contrôle centralisés. Résultat : une injonction contradictoire, une tension fondamentale à laquelle les individus sont dès lors soumis, qui fonctionne à la manière du « double bind » de Bateson, situation qui provoque une perte de sens et mène à la folie. Voilà. C'est pourtant bien un système rationnel qui génère cette tension, dans la sphère économique comme dans la sphère politique. Comment ? Par l'instauration d'un nouveau modèle de ­production. Sous l'influence de la concurrence internationale, il stimule l'implication individuelle et collective au travail et instaure la précarisation comme élément central. Aujourd'hui, tous les moyens techniques sont là pour que cette autonomie contrôlée fonctionne, puisqu'il est possible de capter un nombre croissant d'informations localisées et infimes, et de les traiter centralement et instantanément. L'ordinateur central de Mac Donald, par exemple, est capable de comptabiliser en flux continu jusqu'au nombre de hamburgers jetés d'heure en heure sur la planète, alors que, localement, chaque Mac Do voit son autonomie stimulée par le franchising. Conséquence : une compétitivité accrue, pour ne pas être éliminé. Votre livre porte sur la précarisation plutôt que sur la précarité : pouvez-vous préciser ? Ici, ce sont les processus de mise en précarité qui sont analysés : restructurations productives, conséquences de la concentration économique, externalisations (sous-traitance en cascade, délocalisations, franchises, etc.), provoquant une précarisation constitutive du nouveau modèle de production, comme je l'ai montré dans mes recherches sur l'Angleterre de Margaret Thatcher. En effet, de nombreuses entreprises changent leur organisation interne, autonomisent des services pour les responsabiliser avec obligation de résultats. Ceci est souvent un préalable à l'externali­sation avec réduction des coûts et des effectifs. Par exemple, dans le nucléaire, un secteur qui se prépare à s'ouvrir à la compétition internationale, la maintenance à été externalisée à plus de 80 %, avec, ce que l'on ignore la plupart du temps, des salariés temporaires et au statut extrêmement précaire. Alors, que faire avec ce qui apparaît comme un véritable ­engrenage ? En prendre conscience, pour redonner du sens et ainsi pouvoir agir. La perte de sens paralyse. Françoise Dolto disait souvent qu'une interprétation bien posée peut avoir des effets spectaculaires comme la levée d'un symptôme et permettre de retrouver son énergie. Et si en sociologie une analyse juste pouvait avoir les mêmes effets ? Propos recueillis par Léa Monteverdi 1. En coopération avec l'Inserm. Voir La précarisation sociale, travail et santé, B. Appay et A. Thébaud-Mony (dir.), éd. CNRS-Iresco, collection « Actions scientifiques fédératives », 1997, 579
Livre papier :
22,5 €

Livraison à 0,01 €*
* À destination de la France métropolitaine, sans minimum d’achat

Version numérique* :
16,99 €
* Compatibles avec l'ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Devenir flexible et performant, telle est la règle contemporaine. Le sentiment d'impuissance grandit face à une autonomie souhaitée, désirable et pourtant si démunie surtout face à la précarisation. Ce livre a pour point de départ les travaux de comparaison internationale menés par l'auteure dans le domaine de l'éducation et du travail dans plusieurs secteurs de production et des services. On y trouvera une analyse critique des conséquences de la concentration économique sur le travail et la société, pour les hommes et pour les femmes.

  • Date de publication : septembre 2005
  • - format : 13,5 x 21,5 cm • 264 pages
  • ISBN : 2-7475-9120-4
  • EAN13 : 9782747591201
  • EAN PDF : 9782296411319
  • (Imprimé en France)

Sur internet :

Pour en savoir plus sur Béatrice Appay
http://www.cerlis.fr/pagesperso/permanents/appa... Visitez le site des Journées Internationales De Sociologie Du Travail (JIST)!
www.jist2007.org

1595 livres dans cette collection

Dans la même thématique